Coronavirus: deux responsables chinois limogés sous la pression de l’opinion

171
DR.

Deux hauts responsables du Hubei (centre), la province chinoise au coeur de l’épidémie de coronavirus, ont été limogés, a annoncé mardi la télévision d’Etat, après des critiques de l’opinion sur leur gestion de la crise.

Zhang Jin, le principal responsable communiste à la Commission provinciale de la Santé, et Liu Yingzi, la directrice, ont été démis de leurs fonctions sur décision du comité permanent du Parti communiste chinois (PCC) pour le Hubei, a annoncé CCTV.

Depuis quelques semaines, la colère est vive, les autorités étant accusées par une grande partie des citoyens d’avoir tardé à réagir face aux premiers cas de la maladie, apparue en décembre à Wuhan, le chef-lieu provincial.

Un mécontentement qui s’est transformé en fureur après la mort vendredi de Li Wenliang, 34 ans, l’un des premiers médecins à avoir alerté sur l’émergence de l’épidémie. Réprimandé par la police qui l’accusait de propager des « rumeurs », il avait lui-même été contaminé.

 

Lire aussi: Coronavirus: la messe mondiale de la téléphonie mobile tourne au fiasco

Cette décision semble vouloir apaiser l’opinion publique, qui réclamait des têtes après la mort de Li Wenliang. Cet ophtalmologue fait désormais figure de héros national face à des responsables locaux accusés d’avoir cherché à étouffer ses révélations.

Le Hubei est au coeur de l’épidémie, loin devant les autres régions de Chine et l’étranger: elle concentre 96% des plus de 1.000 morts enregistrés jusqu’à présent, et 74% des cas de contamination.

Le bilan des morts dépasse désormais celui du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), qui avait traumatisé le pays en 2002-2003 et coûté la vie à 774 personnes dans le monde.