La Corée du Sud et le Japon réclament de nouvelles sanctions contre Pyongyang

106

Les président sud-coréen Moon Jae-in et Premier ministre japonais Shinzo Abe sont convenus de réclamer à l’Organisation des Nations Unies (ONU) un durcissement des sanctions contre la Corée du Nord, lundi lors d’un entretien téléphonique au lendemain du sixième essai nucléaire de Pyongyang.

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir à 14h00 GMT pour examiner la nouvelle situation créée par ce test, le plus puissant effectué à ce jour par la Corée du Nord.

Selon le porte-parole de la présidence sud-coréenne Park Su-hyun, « les deux chefs d’Etat sont d’accord pour coopérer étroitement entre eux et avec les Etats-Unis et partagent le point de vue selon lequel les sanctions et les pressions les plus fortes doivent s’appliquer à la Corée du Nord ».

« Dans ce cadre, ils ont convenu de pousser en faveur de sanctions plus fortes des Nations unies », dans le but de contraindre la Corée du Nord au dialogue, a-t-il ajouté.

A Tokyo, Shinzo Abe a également déclaré que le Japon allait accroître ses capacités de défense antimissile. En réponse à l’essai nord-coréen, l’armée sud-coréenne a procédé lundi à un exercice de tirs de missiles.