Catalogne: poursuivi pour rébellion, Carles Puigdemont est à Bruxelles

1199

Le président indépendantiste catalan destitué par Madrid, Carles Puigdemont, se trouve ce lundi à Bruxelles, a affirmé une source gouvernementale espagnole.

« Il est à Bruxelles », a déclaré cette source, sans davantage de précisions. Le quotidien catalan La Vanguardia affirmait pour sa part qu’il était accompagné d’autres membres de l’exécutif catalan.

Le procureur général de l’Etat espagnol a requis lundi des poursuites contre l’ensemble du gouvernement catalan destitué, deuxième étape dans la reprise en main par Madrid de la Catalogne, où une déclaration d’indépendance a été votée vendredi.

Le procureur Jose Manuel Maza a annoncé le dépôt d’une plainte devant l’Audience nationale, le tribunal chargé des dossiers les plus sensibles, estimant que les « les principaux responsables politiques de la Généralité de Catalogne (exécutif), ont entraîné, avec leurs décisions et leurs agissements, une crise institutionnelle qui a débouché sur la déclaration unilatérale d’indépendance » du 27 octobre.

Dès vendredi, à peine quelques heures après la proclamation de l’indépendance au Parlement catalan, le gouvernement espagnol a mis la Catalogne sous tutelle, en application de l’article 155 de la Constitution, jusqu’ici jamais utilisé.

Rajoy a congédié Puigdemont et son équipe et la vice-présidente du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria, a été désignée pour diriger la Catalogne. Celle-ci a pris dès samedi plusieurs décisions, y compris une sur la destitution du chef opérationnel de la police catalane.

Il appartient désormais à la juge de garde, Carmen Lamela, de décider si la plainte du procureur général de l’Etat est recevable.

Concrètement, elle pourrait entraîner dans les prochains jours l’inculpation de Carles Puigdemont et de son équipe pour « rébellion », ou « sédition », des charges très graves. La première peut être assortie d’une condamnation à 30 ans de prison maximum, autant que pour un assassinat.