Brahim Ghali est rentré en Algérie

429
DR.

Au centre de plusieurs semaines de crise entre Madrid et Rabat, le chef des séparatistes du Front Polisario est revenu mercredi en Algérie après avoir quitté dans la nuit l’Espagne où il avait été hospitalisé en avril en secret.

Brahim Ghali est « en Algérie », a confirmé mercredi matin une source gouvernementale espagnole. Il est arrivé vers 3 heures du matin (02H00 GMT) à Alger pour y poursuivre sa convalescence, a indiqué de son côté l’ambassadeur en Algérie de la « RASD », Abdelkader Taleb Omar, à l’agence algérienne APS.

Le ministère espagnol des Affaire étrangères avait annoncé mardi soir que le chef du Polisario allait quitter l’Espagne depuis Pampelune (nord), mais sans préciser la destination de l’avion. Un autre appareil d' »Etat » algérien était parti mardi matin pour Logroño (nord), la ville où a été hospitalisé Brahim Ghali en raison de complications liées au Covid, mais avait dû faire demi-tour sur « ordre des contrôleurs aériens militaires », selon l’aviation civile espagnole.

Le départ de Brahim Ghali est intervenu après la décision d’un juge espagnol de ne prendre aucune mesure coercitive à son encontre après l’avoir entendu dans le cadre de deux plaintes pour « tortures » et « génocide ». Selon ce juge, « le rapport de l’accusation (…) n’a pas apporté d’indices » montrant que Ghali soit « responsable d’un délit ».

L’arrivée dans un état critique et dans le plus grand secret de Brahim Ghali en Espagne le 18 avril dans un avion de la présidence algérienne, selon le quotidien El Pais, a déclenché une crise majeure entre Madrid et le Maroc, dont le Polisario est l’ennemi juré et qui enrageait de ne pas avoir été informé.

 

Lire aussi: Affaire Brahim Ghali: le PP réclame la démission de la ministre des AE

 

Reste désormais à savoir si le départ d’Espagne de Ghali, dont Madrid a informé cette fois Rabat, permettra d’abaisser les tensions.

« Nous voulons des relations respectueuses, absolument constructives car nos intérêts sont communs », a assuré mercredi la numéro deux du gouvernement espagnol Carmen Calvo. Un ton loin des accusations de « chantage » et d' »agression » proférées contre Rabat par des membres de l’exécutif de Pedro Sanchez au plus fort de la crise.

A Rabat, les autorités gardaient le silence depuis l’annonce mardi de la volonté royale de « régler définitivement » la question des mineurs en situation irrégulière en Europe, perçue comme un geste d’apaisement.

Lundi, le gouvernement marocain avait toutefois assuré que la crise entre les deux pays ne « s’achève pas avec (le) départ » de Brahim Ghali car elle était liée à la position espagnole sur le Sahara, « cause sacrée de l’ensemble du peuple marocain ».