Bolivie: Maduro dénonce une « tentative de coup d’Etat »

53
Des manifestants réclament la tenue d’un second tour de l’élection présidentielle à La Paz, le 22 octobre. JORGE SAENZ / AP

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a dénoncé vendredi une « tentative de coup d’Etat » en Bolivie, secouée par une vague de protestations après une élection présidentielle contestée, et a appelé à la solidarité envers son homologue Evo Morales.

« Nous exprimons notre solidarité avec le peuple bolivien et en particulier avec notre frère, le président Evo Morales », a déclaré M. Maduro lors d’un sommet du Mouvement des non-alignés à Bakou, en Azerbaïdjan.

Selon le président vénézuélien, lui-même contesté dans son pays, Evo Morales « est confronté à une campagne de déstabilisation, à une tentative de coup d’Etat mené par des forces étrangères qui essayent de priver les électeurs et le peuple bolivien de leurs droits démocratiques ».

 

Lire aussi: Venezuela: Maduro et Guaido désireux d’avancer vers une solution négociée

 

« Nous devons reconnaître la légitimité de la victoire d’Evo Morales en Bolivie », a-t-il martelé.

Au pouvoir depuis 2006, Evo Morales a été réélu dimanche dès le premier tour pour un quatrième mandat présidentiel mais le dépouillement des bulletins fait polémique et des incidents entre les partisans des deux camps ont éclaté sur fond de grève générale.

M. Morales a qualifié la grève générale de « coup d’Etat » ourdi par la droite et a appelé ses partisans à la mobilisation.
L’Union européenne a estimé que la tenue d’un second tour serait « la meilleure option » et les Etats-Unis, le Brésil, l’Argentine ainsi que la Colombie ont demandé qu’un second tour ait lieu si l’Organisation des Etats américains ne confirmait pas le résultat du premier tour.