Bolivie : le président sortant Evo Morales réélu au premier tour

39

Le président bolivien sortant Evo Morales a été réélu dès le premier tour de l’élection présidentielle par 47,06% des voix, selon les résultats quasi complets publiés par l’autorité électorale.

« Jeudi vers 18H00 (22H00 GMT), après dépouillement de 99,81% des bulletins de vote, Evo Morales a remporté 47% des voix », a précisé le Tribunal supérieur électoral (TSE), ajoutant que son principal adversaire, le centriste Carlos Mesa a obtenu 36,52% des suffrages de ces élections qui font polémique.

L’écart est donc supérieur à 10 points de pourcentage nécessaires pour s’imposer dès le premier tour, et irrattrapable pour Carlos Mesa.

Selon les résultats partiels officiels, communiqués dimanche dernier par la présidente du Tribunal suprême électoral bolivien, Maria Eugenia Choque, le président socialiste sortant Evo Morales, est arrivé en tête de la présidentielle du 20 octobre, suivi de son rival centriste Carlos Mesa, mais aucun d’eux n’a obtenu la majorité requise. Elle avait annoncé qu’un second tour aura lieu.

Le principal adversaire d’Evo Morales, Carlos Mesa, a dénoncé une « fraude » et annoncé qu’il ne reconnaissait pas les derniers résultats provisoires.

Par ailleurs, le vice-président du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE), institution au coeur d’une polémique sur le décompte des voix de l’élection de dimanche, a annoncé mardi sa démission en critiquant le dépouillement effectué par cet organisme.

L’Union européenne a à cet égard appelé jeudi à « mettre un terme au processus de dépouillement en cours », estimant que « la meilleure option serait la tenue d’un second tour pour rétablir la confiance et s’assurer du respect du choix démocratique du peuple bolivien ».

Plus tôt, L’Argentine, le Brésil, la Colombie et les États-Unis ont demandé la tenue d’un second tour de l’élection présidentielle en Bolivie au cas où l’Organisation des Etats américains (OEA) ne sera pas en mesure de vérifier les résultats du premier tour.