Berlin: premières nouvelles publiques du président algérien soigné pour des «complications»

973
DR.

Hospitalisé depuis un mois à Berlin, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a appelé jeudi son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier pour le remercier des soins médicaux qu’il reçoit en Allemagne, selon un communiqué de la présidence algérienne.

Il s’agit des premières nouvelles publiques de M. Tebboune depuis le 27 janvier quand ce dernier avait téléphoné au président tunisien Kais Saied.

Le bref communiqué ne livre pas d’information sur l’état de santé du chef de l’État ni la date de son retour à Alger. Aucune photo récente n’accompagne le texte.

« Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a (…) fait part au président de la République fédérale d’Allemagne, Frank-Walter Steinmeier, de ses remerciements et de sa gratitude pour la prise en charge médicale dont il a bénéficié depuis son arrivée en Allemagne », est-il indiqué.

Les deux dirigeants ont passé en revue « les perspectives de coopération » entre leurs pays, ajoute le communiqué.

Pris en charge pendant deux mois en Allemagne après avoir contracté le Covid-19 à Alger, le président algérien, 75 ans, a dû retourner le 10 janvier se faire opérer à Berlin à la suite de « complications » au pied droit. La nature de ces « complications » n’a jamais été précisée.

 

Lire aussi: Algérie: le président Tebboune retourne en Allemagne pour se faire soigner

 

Les séjours prolongés de M. Tebboune à l’étranger, trois mois en tout depuis le 28 octobre alors que l’Algérie traverse une crise sanitaire, politique et socio-économique, n’ont pas manqué de susciter des inquiétudes sur une éventuelle vacance du pouvoir.

« Réveillez-vous! Le président Abdelmadjid Tebboune est absent depuis un mois. Depuis la mi-octobre, il n’a passé qu’une douzaine de jours en Algérie. Aucun dirigeant, aucune institution ne s’inquiète de cette répétition de l’humiliant 4e mandat », interpelle ainsi sur Twitter le journaliste et analyste Abed Charef.

Ce dernier fait référence au quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika, quand l’ex-président déchu, frappé par un AVC en 2013, était devenu impotent et aphasique.

L’absence de M. Tebboune survient dans un contexte de crispation du régime à l’approche du deuxième anniversaire du soulèvement populaire du Hirak (22 février 2019).