La BERD lance un prix littéraire: le Maroc parmi les pays éligibles

288

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a annoncé lundi le lancement de son premier prix littéraire qui récompense la meilleure œuvre de fiction écrite dans l’une des langues des pays de sa zone d’intervention, dont le Maroc.

Les œuvres éligibles à ce prix, organisé en partenariat avec le British Council, doivent être traduites en anglais et éditées en Grande-Bretagne, mais leur langue d’origine doit être celle de l’un des 37 pays où la BERD soutient des actions de développement, du Maroc à la Mongolie, de l’Estonie à l’Égypte.

Selon les organisateurs, ce concours vise à mettre en avant la richesse et la profondeur de la culture et de l’histoire de ces pays, à travers des œuvres reflétant les aspirations de leurs peuples et les défis qui s’y posent.

Le premier prix, d’une valeur de 20.000 euros, est à partager, en parts égales, entre l’auteur et le traducteur de l’œuvre primée.

Le jury, présidé par la journaliste Rosie Goldsmith, annoncera d’abord, en début de l’année 2018, une shortlist de cinq livres, avant de révéler les noms des trois finalistes.

La cérémonie de remise des prix aura lieu en avril 2018 au siège de la BERD à Londres et le dernier délai pour déposer les dossiers de candidatures est fixé au 31 octobre 2017.

Créée en 1991, la BERD est une institution financière internationale qui a pour vocation essentielle de favoriser tout projet public ou privé facilitant le passage à une économie de marché dans les pays où elle opère. Mi-banque d’affaires, mi-banque de développement, la BERD développe ses activités dans plus de 30 pays de l’Europe et de l’Asie centrale ainsi que dans la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen.