Belgique: voyages interdits vers plusieurs zones européennes

943

La Belgique a interdit les « voyages non essentiels » vers certaines régions espagnoles, le département français de la Mayenne et trois cantons autour du lac Léman, pour des raisons sanitaires, suscitant dimanche en Suisse critiques et incompréhension.

La liste « rouge » actualisée samedi par le ministère belge des Affaires étrangères comprend les régions espagnoles de Navarre, Aragon, les villes de Barcelone et Lérida en Catalogne, les cantons suisses de Vaud, du Valais, de Genève, la Mayenne, mais aussi des régions bulgares et roumaines ainsi que la ville de Leicester (Royaume-Uni).

Les voyages n’y sont « pas autorisés ». Quarantaine et dépistage sont obligatoires pour les voyageurs en provenance de ces zones qui reviennent en Belgique.

Depuis samedi, toute personne rentrant en Belgique depuis l’étranger ou qui souhaite séjourner plus de 48 heures en Belgique doit remplir un formulaire d’identification, en renseignant ses coordonnées et les endroits où elle a séjourné au cours des 14 derniers jours.

Quarantaine et dépistage

Une quarantaine et un dépistage sont « recommandés » pour un certain nombre de zones figurant sur une liste « orange », qui comprend pour la France la région parisienne (sauf le département de Seine-et-Marne), les Pays de la Loire, le département du Nord, le Haut-Rhin, la Haute-Savoie, la Meurthe-et-Moselle et les Vosges.

Ces listes sont établies sur la base de l’évaluation d’une cellule d’experts, le Celeval.

La décision belge a suscité de vives critiques en Suisse dans les cantons visés. C’est « incompréhensible », a déclaré le ministre vaudois de l’Economie Philippe Leuba à l’agence ATS, espérant une réaction rapide de Berne. Il a déploré « l’impact touristique, mais aussi les dégâts d’image » suscités par cette mesure.

« On ne sait pas sur quels critères la Belgique se base », a renchéri sa collègue Rebecca Ruiz, en charge de la Santé.

« Le canton du Valais maîtrise bien le Covid-19 », a assuré le conseiller d’Etat valaisan en charge de l’économie Christophe Darbellay sur les ondes de la RTS, qualifiant la décision belge de « choquante ».

Confrontée à un rebond du coronavirus, en particulier dans la région d’Anvers, la Belgique a mis en place cette semaine de nouvelles restrictions, en réduisant les contacts autorisés, les rassemblements et en étendant le port du masque. Un couvre-feu a été décrété de 23h30 à 06h00 à Anvers.

Le pays comptait dimanche 69.402 cas recensés depuis le début de la pandémie et 9.845 décès. Le nombre de nouveaux cas en moyenne par jour entre le 23 et le 29 juillet est de 465,4 soit une hausse de 78% par rapport aux sept jours précédents.

La Belgique est l’un des pays qui compte le plus grand nombre de morts du Covid-19 par rapport à sa population, avec 85 décès pour 100.000 habitants.