Belgique: alerte aux drogues trop pures au festival Tomorrowland

Plusieurs malaises dont un mortel et 250 interpellations liées aux stupéfiants: le bilan du premier week-end du festival électro Tomorrowland, en Belgique, a suscité mercredi une mise en garde du parquet d’Anvers sur «le danger» des drogues dures qu’on peut y trouver.

Ce festival géant, prévu sur deux week-ends, se poursuit de jeudi à dimanche à Boom, entre Bruxelles et Anvers. La fréquentation totale est estimée à 400.000 personnes. A ce stade, les chiffres des interpellations (231 usagers et 24 revendeurs, dont 10 Néerlandais) ainsi que des saisies sont globalement conformes à la moyenne observée ces deux dernières années, a indiqué le parquet mercredi lors d’une conférence de presse. «Les quantités et le genre de drogues saisies sont les mêmes, ce sont surtout des « hard drugs »» (drogues dures), à savoir «MDMA, ecstasy, cocaïne, et aussi de plus en plus de kétamine et d’amphétamines», a expliqué à l’AFP Stéphanie Chomé, porte-parole du parquet.

«Le danger, c’est que les festivaliers qui viennent de l’étranger ne sont pas au courant de la qualité des drogues qui sont présentes sur le marché belge», a-t-elle ajouté, en parlant de produits fortement dosés en «éléments actifs». Vendredi dernier, au premier jour du festival, un jeune Indien de 27 ans s’est effondré près de la grande scène du festival, en écoutant le concert du DJ américain Steve Aoki. Il est décédé à l’hôpital universitaire d’Anvers (UZA) où il avait été transporté, les tentatives pour le ranimer ayant échoué.

Lire aussi: Marrakech: arrestation d'une personne soupçonnée d’appartenir à un réseau de trafic de drogues

Le parquet a fait part de «sérieuses indications» laissant penser qu’il serait lié à un usage de drogue, même si aucune substance n’a été précisément mise en cause. Quatre autres festivaliers également pris de malaise ont été placés en soins intensifs dans cet hôpital durant le week-end, et deux d’entre eux y étaient encore mercredi, a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’UZA. Les drogues de synthèse saisies sur le festival «sont des produits qui sont faits ici en Belgique et en Hollande», explique Stéphanie Chomé, «et la qualité est extrêmement bonne» en ce sens que «les quantités d’éléments actifs sont beaucoup plus hautes qu’à l’étranger».

Pour le neurologue flamand Peter Vanacker, à Tomorrowland ce sont «surtout les visiteurs étrangers» qui «sont souvent la proie de marchands anversois sans scrupules». Et même si les organisateurs et la police font de leur mieux (ils prônent une «tolérance zéro aux drogues»), «il est naïf de penser que parmi les 400.000 visiteurs, seul un groupe marginal consomme», a ajouté le médecin dans le journal flamand De Standaard.