Battisti sera expulsé directement vers l'Italie

à 8:25

L'ex-activiste d'extrême gauche italien, Cesare Battisti, arrêté samedi en Bolivie, va être remis aux autorités italiennes pour être transféré directement en Italie, a annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur bolivien. 

"Dans les prochaines heures, ce ressortissant italien sera remis par Interpol Bolivie à Interpol Italie pour être transféré sur un vol envoyé par les autorités italiennes", a déclaré le ministre bolivien de l'Intérieur, Carlos Romero, lors d'une conférence de presse à Santa Cruz, dans l'est de la Bolivie.

C'est dans cette ville que Cesare Battisti, en cavale depuis un mois, a été arrêté samedi soir.

Le chef du gouvernement italien, Guiseppe Conte a indiqué peu avant que le fugitif serait transféré "dans les prochaines heures" directement vers l'Italie par un vol en partance de Santa Cruz et direct vers Rome.

Plus tôt, un responsable de la police bolivienne avait indiqué à l'AFP que Cesare Battisti, condamné à la perpétuité en Italie pour quatre meurtres, serait remis au Brésil.

La procédure a été coordonnée par le ministère des Affaires étrangères bolivien, les autorités italiennes, représentées par l'ambassadeur d'Italie en Bolivie, selon le ministre de l'Intérieur.

LIRE AUSSI: L'ex-militant italien Cesare Battisti arrêté en Bolivie

L'Italien sera remis aux autorités à l'aéroport international de Viru Viru, qui dessert la ville de Santa Cruz. Le ministre bolivien de l'Intérieur n'a précisé aucune heure ni date pour ce transfert qui pourrait cependant avoir lieu dès dimanche.

L'ancien militant gauchiste été arrêté "sur la voie publique" car "il n'avait pas de titre d'entrée légal en Bolivie", a précisé M. Romero. Il a ensuite été vérifié "qu'il faisait l'objet d'une notice rouge par Interpol", a précisé le ministre.

Condamné par contumace à la réclusion à perpétuité pour quatre homicides et complicité de meurtres dans les années 70 en Italie, Cesare Battisti, 64 ans, vivait en exil au Brésil depuis 2004, après avoir passé près de 15 ans en France. Il a toujours clamé son innocence.