Bangladesh: un ministre de Birmanie visite les camps rohingyas

136
Image d'archive. Win Myat Aye. Crédit: DR.
Un ministre du gouvernement birman se trouvait mercredi dans les camps de réfugiés abritant près d’un million de Rohingyas au Bangladesh, première visite de ce type depuis un exode massif de cette minorité musulmane de Birmanie l’année dernière.
Le ministre des affaires sociales Win Myat Aye s’est rendu dans le grand camp de Kutupalong, situé à la pointe sud du pays à proximité de la frontière birmane, au premier jour d’un déplacement au Bangladesh qui en compte trois.
Win Myat Aye « rencontre des officiels dans les camps », a déclaré à l’AFP le chef de la police locale Abul Khaer. Des représentants de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) participaient aux discussions.
Près de 700.000 Rohingyas ont fui la Birmanie depuis août dernier pour échapper à des violences considérées par l’ONU comme une épuration ethnique menée par l’armée.
Cette marée humaine est venue s’ajouter aux centaines de milliers de Rohingyas qui se trouvaient déjà au Bangladesh voisin, legs de vagues de violences précédentes, provoquant l’apparition du jour au lendemain de gigantesques cités de tentes où règne une misère extrême.
Le ministre birman est l’un des responsables de la commission mise sur pied par la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi pour superviser le potentiel rapatriement de réfugiés, un programme qui suscite de sérieuses réserves de la part des observateurs.
Si la Birmanie a récemment autorisé quelques centaines de Rohingyas à revenir, aucun d’entre eux n’a encore franchi la frontière et le processus semble actuellement au point mort.
Au cours de son déplacement à Kutupalong, Win Myat Aye devrait rencontrer une quarantaine de leaders communautaires rohingyas.
Ceux-ci souhaitent une reconnaissance de leurs droits dans une Birmanie où ils sont considérés comme des étrangers et des garanties qu’ils pourront retourner dans leurs villages, plutôt que d’être parqués dans des camps.