Bahreïn: arrestation de 116 personnes soupçonnées de liens avec l'Iran

167

Cent seize personnes soupçonnées de liens avec les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime iranien, ont été interpellées au Bahreïn dans le cadre du démantèlement d’une cellule « terroriste », ont annoncé samedi les autorités de la monarchie sunnite.
Ces personnes sont suspectées d’avoir reçu un entraînement militaire en Iran, en Irak et au Liban, selon un communiqué publié par l’agence officielle BNA.
D’après la même source, la vague d’arrestations, qui a donné lieu à la saisie d’armes et d’explosifs, a permis d’empêcher des attaques « terroristes ».
La date exacte de ce coup de filet n’a pas été précisée.
En janvier, les autorités bahreïnies avaient déjà annoncé l’arrestation de 47 personnes pour « terrorisme ».
Pays à majorité chiite, Bahreïn est dirigé par une monarchie sunnite qui accuse l’Iran de soutenir manifestations et troubles, ce que Téhéran dément.
Dans le tumulte du Printemps arabe en 2011, le pays avait été secoué par d’importantes manifestations réclamant la mise en oeuvre de réformes démocratiques.
Des mouvements d’opposition ont été dissous et des dizaines de dissidents emprisonnés voire même déchus de leur nationalité.