Bac français 2017: les sujets probables de l’écrit de français

484
©DR

Le bac français approche à grand pas, et vous vous demandez sans doute ce qui pourrait bien tomber le jour J. Nous avons mené notre petite enquête pour connaître les pronostics des enseignants!

En classe de première, mis à part les Travaux personnels encadrés (TPE), l’écrit de français est la première épreuve du baccalauréat que passent les lycéens. Suivent l’épreuve de sciences pour les élèves des sections ES et L, puis l’oral de français pour tous.

Au programme de l’écrit, quatre grands thèmes: le personnage de roman du XVIIème siècle à nos jours, écriture poétique et quête du sens du Moyen Âge à nos jours, le texte théâtral et sa représentation du XVIIème siècle à nos jours et la question de l’homme dans les genres de l’argumentation du XVIème siècle à nos jours.

Jean-Baptiste Wephre, professeur agrégé de Lettres modernes à la Maison d’éducation de la Légion d’honneur, nous livre ses conseils de révisions pour les lycéens des séries S, ES et L. Attention néanmoins: notre première recommandation est de ne SURTOUT pas faire d’impasses!

Les sujets probables

Séries ES/S: Pour ces deux séries, la question de l’Homme est tombée en 2016, la poésie en 2015 et le théâtre et sa représentation en 2014. Il faut être vigilant sur le théâtre, qui est un objet d’étude qui revient très souvent. Je pencherais également légèrement vers le personnage de roman. Il n’y a que 4 objets d’études en ES et en S, donc on tourne plus rapidement sur les 4 sujets et il ne faut pas faire d’impasse.

Série L: Les réécritures sont tombées l’année dernière en L. Le texte de théâtre et sa représentation n’est pas tombé depuis longtemps et il tombe normalement régulièrement, quelles que soient les filières. C’est donc un thème à ne surtout pas oublier.

Il y a deux objets d’études spécifiques pour la série L, les réécritures tombées l’année et le thème Renaissance et Humanisme, tombé une fois en 2012 et pas depuis. J’appelle donc à la méfiance sur ce dernier, c’est un sujet spécifique aux L et il peut tomber régulièrement. De plus, ce n’est pas un objet d’étude facile, il demande beaucoup de connaissances sur le contexte historique, il faut être bien armé pour l’aborder sereinement, surtout pour la dissertation. Le personnage de roman n’est pas tombé depuis 3 ans, la poésie depuis 2 ans. La question de l’homme tombe rarement en L, mais il faut faire attention.

J’insiste sur le fait que ce n’est pas parce qu’un sujet est tombé l’année dernière qu’il ne peut pas retomber. C’est déjà arrivé dans la filière technologique et cela avait fait beaucoup de surpris.

Séries Technologiques: L’année dernière, les élèves sont tombés sur la question de l’homme avec un sujet très difficile, dans le choix des textes et de la problématique. Notamment avec un texte extrêmement difficile. C’est dans cette filière que le personnage de roman est tombé deux fois de suite, en 2015 et en 2014. Il y longtemps que le théâtre n’est pas tombé… Attention donc! Les séries technologiques ont également 4 thèmes au programme, les mêmes que pour les séries ES/S. Attention au personnage de roman, thème qui peut toujours retomber et il ne faut pas oublier la poésie non plus.

Vous l’avez compris, Jean-Baptiste Wephre pense que «le théâtre risque de tomber dans au moins une des séries» cette année.

Les conseils de l’enseignant

  • Question (s) préalable (s): «Ne perdez pas de points bêtement!»

Présentez les textes du corpus et rappelez la question posée. Surtout, il faut bien répondre à la question, être dans l’axe. Quand on pose la question «Pourquoi…» cela revient à se demander «quelles sont les raisons». «Comment…» cela veut dire «par quels moyens littéraires, procédés littéraires». Il faut alors identifier le registre, relever les procédés d’écriture, les figures de style, etc…. «Quel effet …» exige d’identifier les sentiments produits par un passage du texte (dégoût, répulsion, joie, enthousiasme), le registre (pathétique…) «Quelles sont les fonctions…» des portraits, des décors, des costumes: là il faut dire si la fonction est informative, divertissante, comique, argumentative, symbolique, psychologique…

Autant que possible, il faut éviter d’étudier les textes les uns à la suite des autres: il convient de faire des rapprochements entre les textes. Citez tous les textes concernés par la question, sinon vous serez pénalisé.

  • Commentaire: «Ne pas paraphraser!»

L’élève doit se poser 3 questions fondamentales:

– Quoi? De quoi s’agit-il? Portrait, description, scène d’affrontement, etc… Caractériser le texte.

– Comment? Dans quel registre, dans quel ton? Comment le thème du texte est-il traité?

– Pourquoi? Quelle est la visée? y a-t-il un sens symbolique, s’agit-il de faire un éloge ou un blâme? Il faut se méfier du mot «message», les candidats en voient partout! c’est la génération Tweet! Il faut redire avec force que l’œuvre d’art, l’œuvre littéraire ne délivre pas forcément un message. L’œuvre provoque en revanche toujours une émotion, un choc esthétique. Elle peut faire partager une vision de l’homme, du monde. Le terme de «message» est à réserver à des textes engagés.

  • Dissertation: «Ne pas réciter aveuglément ou mécaniquement un cours!»

Connaître son cours est nécessaire, mais la dissertation n’est pas une question de cours. Il faut régulièrement reprendre les mots clés du sujet tout au long du développement. C’est un petit truc tout simple, mais qui permet de greffer ce que je dis aux termes du sujets tout au long de ma copie. Par exemple, avec le sujet «Au théâtre, le rôle du metteur en scène + important que rôle de l’auteur?», il faudra insister sur les 3 mots clés du sujet: «rôle», «metteur en scène», «auteur». C’est un bon moyen d’éviter le hors sujet. Il faut les répéter dans les lieux stratégiques de la démonstration, au début de chaque partie, par exemple.

La dissertation n’est pas un sujet infaisable, et si on est armé, il est intéressant de la prendre car c’est valorisé par les correcteurs, qui seront plutôt bienveillants. Mais il est sûr qu’il vaut mieux faire un très bon commentaire qu’une mauvaise dissertation.

L’épreuve écrite anticipée de français

Date à retenir: jeudi 14 juin 2017 de 14 heures à 18 heures

Durée: quatre heures

Nature de l’épreuve: Une ou deux questions portant sur un corpus documentaire (quatre points). Puis, au choix, un commentaire de texte, une dissertation ou une écriture d’invention (seize points)

Coefficient: 2 (en séries ES et S), 3 (en série L)