Attentats à Barcelone: à M’rirt, l’incompréhension du grand-père du suspect en fuite

Centre ville de M'rirt. Photo: DR

Younès Abouyaaqoub pourrait avoir conduit la camionnette ayant foncé sur la foule à Barcelone le 17 août, et faisant 13 morts et 120 blessés, attentat revendiqué par le groupe terroriste, Daech.

L’incompréhension domine dans sa ville natale du centre du Maroc. Cette région paisible était jusqu’alors peu connue pour avoir fourni des recrues à Daech, contrairement au nord du pays.

La petite ville de M’rirt qui compte quelques 35.000 habitants, où vit encore le grand-père de Younès, est surtout connue pour son souk hebdomadaire au pied d’une colline, ses importantes mines de plomb, de zinc et d’argent, et ses cascades spectaculaires très prisées des touristes marocains.

Dans un quartier populaire à l’est de la ville, le grand-père de Younès reçoit dans la demeure familiale des voisins et des proches de la famille. Ils tentent de le consoler depuis que le nom de son petit-fils a été évoqué par la police en Espagne et par les médias du monde entier. Le frère de Younès, Houssein, âgé d’une vingtaine d’années, serait lui aussi mis en cause, affirment des témoins sur place bien que son nom n’ait jamais été évoqué par les autorités espagnoles.

Younes Abouyaaqoub

 

Selon le grand-père, la radicalisation de son petit-fils serait due à un imam marocain de Ripoll, paisible localité catalane de 10.000 habitants à quelque 700 mètres d’altitude au pied des Pyrénées d’où sont originaires plusieurs suspects.

La police a perquisitionné samedi le domicile d’un imam de Ripoll, Abdelbaki As Satty, soupçonné d’avoir fait partie de la cellule terroriste et qui aurait pu radicalisé une partie des jeunes impliqués dans les attaques. L’imam a disparu depuis mardi.

Un voisin et proche de la famille Abouyaaqoub ayant lui aussi de la famille en Catalogne soutient, sous couvert d’anonymat, que cet imam a embrigadé des Marocains de Ripoll et planifié ces attentats. De rajouter qu’il y a un mois, il avait pris congé de la mosquée où il prêchait, prétextant devoir se rendre au Maroc pour régler un problème d’héritage. Les gens ont trouvé un autre imam pour le remplacer, mais quelques jours avant les attentats, il a été vu à Ripoll.

Selon des témoignages sur place, des policiers marocains en civil ont interrogé vendredi des proches des Abouyaaqoub, mais leurs questions portaient principalement sur l’imam. Le grand-père lui tente de cacher sa profonde tristesse et la désolation qui l’envahit depuis quelques jours. Il dit n’avoir plus eu de contact direct avec ses deux petits-fils.