Attentat de Manchester: une septième arrestation en Grande-Bretagne

43

L’auteur de l’attentat était «connu» des services de sécurité, a révélé mercredi la ministre britannique de l’Intérieur, précisant qu’il n’a probablement pas agi seul. Une vingtaine de blessés dans l’attaque de lundi soir sont toujours dans un état critique. Le point.

 

L’auteur présumé identifié et « connu »
« L’auteur est Salman Ramadan Abedi, né et élevé au Royaume-Uni », selon la Première ministre Theresa May. Mercredi, la ministre de l’Intérieur Amber Rudd a précisé qu’il était « connu » des services de sécurité et qu’il n’avait « probablement pas agi seul » pour commettre cet attentat « plus élaboré que d’autres ». À Paris, son homologue français, Gérard Collomb a avancé que le kamikaze avait des liens « avérés » avec le groupe Etat islamique et que c’était « après un voyage en Libye, puis sans doute en Syrie » qu’il s’était « radicalisé et décidé à commettre cet attentat ». Un proche de la famille qui vivait lui aussi à Manchester, a indiqué à l’AFP que Salman Abedi se trouvait en Libye avant de se rendre en Grande-Bretagne quatre jours avant l’attentat du 22 mai.

 

Il n’a pas agi seul
Le chef de la police de Manchester, Ian Hopkins, a dit que l’enquête portait « clairement » sur un réseau autour du kamikaze. L’attentat était « plus élaboré » que d’autres et « il semble probable » que l’assaillant n’a « pas agi seul », avait expliqué Amber Rudd. La bombe était puissante et sophistiquée, selon les photos de la police britannique, révélées et analysées mercredi par le New York Times. Le quotidien insiste sur le fait que la bombe était dotée d’un détonateur inhabituel qui contenait un petit circuit imprimé et non pas un simple interrupteur comme c’est souvent le cas, permettant aussi un déclenchement à distance.

 

Sept arrestations en Grande-Bretagne et deux en Libye
Le frère et le père de Salman Abedi auraient été arrêtés à Tripoli, la capitale libyenne, selon les services antiterroristes libyens. Hachem Abedi, né en 1997 en Grande-Bretagne, a été appréhendé mardi au moment où il recevait de l’argent envoyé par son frère. Il « a indiqué qu’il appartenait à l’EI ainsi que son frère Salman Abedi », affirme sur sa page Facebook la Force de dissuasion, qui fait office de police, loyale au gouvernement d’union nationale (GNA) en Libye. Il a « admis qu’il se trouvait en Grande-Bretagne » durant la préparation de l’attentat. « Il était pleinement au courant » des détails de l’attaque prévue, selon cette source. Elle précise que Hachem Abedi était sous surveillance depuis un mois et demi, soupçonné de préparer un « acte terroriste » à Tripoli. Le père, Ramadan Abedi, a lui été arrêté à son domicile à Tripoli. En Grande-Bretagne, une septième personne a été interpellée dans la soirée à Nuneaton, dans le centre du pays, venant s’ajouter à la liste des suspects déjà appréhendés.

 

Les victimes
La plus jeune victime tuée dans l’attentat est une fillette de 8 ans: Saffie Rose Roussos. Elle avait assisté au concert avec sa mère et sa grande soeur. Le décès d’Olivia Campbell, une jeune fille de 15 ans, a été confirmé mercredi par sa mère, Charlotte, dans un message posté sur Facebook. Une autre victime à avoir été identifiée, par son école, est une jeune fille de 18 ans, Georgina Callander. Un jeune homme de 26 ans, John Atkinson, et une jeune femme de 32 ans, Kelly Brewster, sont également décédés dans l’attentat. Deux mères de famille venues récupérer leurs filles ont été tuées par l’explosion, Alison Howes, 45 ans, et Lisa Lees, 47 ans. Un couple de Polonais vivant en Grande-Bretagne, venu chercher leurs filles à la fin du concert, a également été tué. Selon les médias polonais, il s’agit d’Angelika et Marcin Klis.

(Le Figaro)