Attentat à Marseille: le bilan grimpe à deux victimes, le parquet antiterroriste saisi

1563
AFP

Les faits ont eu lieu dimanche en tout début d’après-midi à la gare Saint-Charles. L’assaillant, qui aurait crié «Allah akbar», a été neutralisé par des soldats de la force Sentinelle. Le parquet antiterroriste est saisi.

Une attaque au couteau a eu lieu ce dimanche en tout début d’après-midi à la gare Saint-Charles à Marseille. Selon nos informations, une personne de 21 ans et une autre de 30 ans ont été tuées dans la gare. L’une des victimes a été égorgée et l’autre a été poignardée à mort, dans une zone vitale. Le ministère de l’Intérieur, cité par Reuters, a indiqué que les victimes sont des femmes.

L’assaillant, qui a agi seul, a été abattu par des membres de la force Sentinelle. Sa mort a été confirmée par le parquet. Selon nos informations, l’agresseur ne portait pas de pièce d’identité sur lui au moment des faits, il reste pour l’instant (dimanche à 16h30) non identifié. Avant d’intervenir, les forces de l’ordre se sont assurées que l’agresseur n’était pas équipé d’un gilet explosif.

Il était environ 13h50 lorsque la Gare Saint-Charles s’est agitée. «Tout le monde est sorti en courant et en hurlant. C’est là que j’ai entendu deux coups de feu», raconte Lionel au Figaro, un interne en médecine de 23 ans qui s’apprêtait à regagner Lyon avec le TGV de 14h14. «En moins de 5 minutes, des dizaines de policiers sont arrivés de tous les côtés, et ils ont bloqué tous les accès», poursuit l’étudiant, qui a été contraint de renoncer à rentrer chez lui.

La SDAT (Sous-direction anti-terroriste) et la DGSI (Direction générale de la Sécurité intérieure) ont été saisis par le parquet anti-terroriste de Paris et une enquête a été ouverte en flagrance pour assassinats en relation avec une entreprise terroriste. De source proche de l’enquête, l’assaillant aurait crié «Allah akbar» (Dieu est grand, en arabe) au moment des faits. Les soldats de Sentinelle ont réalisé un tir de sommation avant de l’atteindre d’au moins deux balles.

La police nationale a indiqué sur Twitter qu’une intervention était en cours vers 14h30 et que le secteur était à éviter. La gare a été évacuée. Le trafic ferroviaire était interrompu dimanche à 16h. Des témoins sur Twitter ont évoqué des tirs et un mouvement de panique au moment des faits.

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, doit arriver sur place vers 17h00. Le préfet de police et le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux, se sont rendus immédiatement à la gare, où d’importants moyens de police ont été concentrés. Plus de 200 policiers sont mobilisés selon la Sécurité publique, tandis que la Police judiciaire effectuait les premières constatations.

La mairie de Marseille a rendu hommage aux soldats de Sentinelle «à l’heure où le nombre de victimes aurait pû être plus élevé», selon Caroline Pozmentier, adjointe à la sécurité de la ville.

Cette attaque intervient alors que le gouvernement a renouvelé jusqu’au 1er novembre l’état d’urgence, sur fond de menace terroriste très élevée en France, frappée depuis 2015 par une série d’attentats, qui ont fait 239 morts.