Attaques en Arabie: Erdogan appelle à la prudence dans les accusations contre l’Iran

DR.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé dans une interview diffusée par la chaîne américaine Fox News à la prudence dans les accusations portées contre l’Iran à propos des attaques contre les infrastructures pétrolières en Arabie saoudite.

« Je ne pense pas qu’accuser l’Iran soit la bonne chose à faire », a déclaré le chef de l’Etat turc lors de cet entretien télévisé diffusé mercredi.

Les attaques menées le 14 septembre contre les installations du géant pétrolier saoudien Aramco à Abqaiq et à Khurais ont dans un premier temps divisé par deux la production de brut du royaume, alarmant les marchés mondiaux de l’énergie et accroissant les tensions régionales.

Bien que les Houthis du Yémen aient revendiqué ces frappes effectuées en territoire saoudien, Ryad et Washington, puis l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France, ont accusé l’Iran d’en être responsable.

 

Lire aussi: Erdogan accueille Poutine et Rohani pour un sommet sur la Syrie

 

« Nous devons reconnaître le fait que des attaques d’une telle ampleur viennent de différentes parties du Yémen », a affirmé M. Erdogan, selon la traduction en anglais fournie par Fox. « Si nous mettons toute la responsabilité sur l’Iran, ce ne serait pas la bonne chose à faire parce que les preuves disponibles n’indiquent pas nécessairement cela ».

Il a par ailleurs critiqué les sanctions américaines contre Téhéran estimant que les sanctions « n’ont jamais rien résolu ».

M. Erdogan a également nié le fait que la Turquie ait aidé l’Iran à contourner les sanctions américaines par le passé, dénonçant une « propagande » visant son gouvernement.