Attaque sur un aéroport: Ryad met en garde Téhéran contre les "conséquences"

à 9:15
Khaled Ben Salmane. DR.

L'Arabie saoudite a averti jeudi son rival régional, l'Iran, que la poursuite d'actions hostiles, notamment via des groupes qui lui sont liés, aurait de "graves conséquences" au lendemain d'un tir de missile revendiqué par les rebelles Houthis du Yémen sur un aéroport.

"La poursuite de l'agression et de l'escalade imprudente du régime iranien, que ce soit directement ou par l'intermédiaire de ses milices, aura de graves conséquences", a affirmé sur Twitter le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane.

Les Houthis ont revendiqué mercredi le tir d'un missile sur l'aéroport civil d'Abha, dans le sud-ouest du royaume saoudien.

Huit personnes ont été hospitalisées, tandis que 18 autres ont été soignées sur place, selon les autorités de Ryad.

La coalition sous commandement saoudien qui intervient militairement au Yémen depuis 2015 contre les Houthis a promis une riposte "rapide et ferme" dans les heures ayant suivi l'attaque.

Lire aussi: Ryad intercepte deux drones tirés par les rebelles houthis depuis le Yémen

"Nous ferons face aux crimes de la milice des Houthis avec une détermination inébranlable", a assuré le prince Khaled, fils du roi Salmane.

"Leur ciblage d'un aéroport civil expose au monde entier (...) l'escalade iranienne et le danger qu'elle représente pour la sécurité et la stabilité régionales", a-t-il dit.

Il a affirmé que la République islamique devait être tenue pour  responsable de l'attaque.

"Le régime iranien est la seule partie dans la région qui poursuit une escalade insouciante en utilisant des missiles balistiques et des drones pour viser directement des installations civiles et des civils innocents", a déclaré le prince Khaled, frère du prince héritier Mohammed ben Salmane.

"Depuis 40 ans, le régime iranien répand le chaos, la mort et la destruction en parrainant et en finançant des organisations terroristes, dont les Houthis", a-t-il dit.

L'attaque contre l'aéroport d'Abha a été condamné par plusieurs pays arabes, par l'Union européenne et par la France.

Le mois dernier, les Houthis avaient revendiqué une série de tirs de drones vers l'Arabie saoudite, dont une attaque ayant endommagé le 14 mai deux stations de pompage d'un oléoduc.

Lire aussi: Arabie: 26 civils blessés dans une attaque des rebelles yéménites contre un aéroport

Deux jours plus tôt, quatre pétroliers, dont deux saoudiens, avaient été endommagés par des "actes de sabotage" attribués par Ryad à l'Iran.

La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales, soutenues par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, aux rebelles appuyés par Téhéran et qui contrôlent une bonne partie du nord et l'ouest du pays, ainsi que la capitale Sanaa.

Le conflit a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires.