Arabie: la Omra reprend timidement avec mille précautions

233

La Omra, le petit pèlerinage à La Mecque, suspendu en mars en raison de la pandémie de Covid-19, doit reprendre timidement à partir de dimanche avec des mesures de précautions, ont indiqué les autorités saoudiennes soucieuses d’éviter des contaminations de masse durant ce rituel musulman.

Le ministère de l’Intérieur avait annoncé cette reprise le 23 septembre et les autorités ont depuis détaillé les mesures de précaution devant accompagner le retour des fidèles dans les lieux saints de La Mecque et de Médine, dans l’ouest de l’Arabie saoudite.

Dans une première étape, seuls 6.000 Saoudiens et résidents étrangers vont être autorisés, chaque jour à partir du 4 octobre, à effectuer ce pèlerinage, la omra, pouvant être entrepris tout au long de l’année contrairement au Hajj, qui a lieu une fois par an.

Les 6.000 fidèles seront divisés en 12 groupes pour permettre la fluidité de mouvement et assurer le respect de la distanciation physique lors des circonvolutions autour de la Kaaba, construction cubique au centre de la Grande mosquée de La Mecque, a expliqué le ministre du Hajj et de la Omra, Mohammed Benten la semaine dernière à la télévision saoudienne.

Le 18 octobre, le nombre de fidèles (Saoudiens et résidents étrangers) autorisés à effectuer le petit pèlerinage sera porté à 15.000 par jour et 40.000 autres seront admis dans la Grande mosquée pour les prières quotidiennes.

Les fidèles venant de l’étranger seront, eux, autorisés à partir du 1er novembre, quand le nombre de pèlerins admis s’élèvera à 20.000 par jour et celui des personnes autorisées à effectuer les prières à 60.000.

 

Lire aussi. Début du grand pèlerinage de La Mecque, avec moult restrictions sanitaires

 

Les pays d’origine des pèlerins étrangers seront sélectionnés par le ministère de la Santé sur la base de l’évolution de la pandémie de nouveau coronavirus.

La décision de reprendre la omra a été prise pour répondre aux vœux « des musulmans du pays et de l’étranger » de pouvoir se rendre dans leurs lieux saints, avait expliqué le ministère de l’Intérieur.

Un retour à la normale ne sera décidé qu’une fois que les autorités compétentes auront conclu que « tout risque (de contamination) est définitivement écarté », selon la même source.

Les dispositions entourant le retour progressif des fidèles sur les lieux saints seront révisées périodiquement à « la lumière de l’évolution de la situation », a indiqué le ministère de l’Intérieur.

– Des applications –

Les fidèles doivent présenter leur candidature au petit pèlerinage par le biais de deux applications informatiques. La première, Tawakkalna, est destinée à s’assurer que le pèlerins ne souffrent pas de problèmes de santé les empêchant d’effectuer ce rituel. La seconde, Eatmarna, sert à obtenir les autorisations et détaille les étapes et les procédures de la omra.

La fidèles ne pourront pas toucher, comme ils en avaient l’habitude, la Kabaa, vers laquelle se tournent les musulmans du monde entier pour prier.

La Grande mosquée sera stérilisée régulièrement tous les jours et avant et après le passage de chaque groupe.

Un soignant va accompagner chaque groupe et des équipes médicales seront à pied d’oeuvre pour intervenir en cas d’urgence.

Durant le dernier hajj, qui a eu lieu entre fin juillet et début août, seuls une dizaine de milliers de fidèles résidant en Arabie saoudite ont pu l’effectuer contre 2,5 millions de participants venus du monde entier en 2019.

La omra attire quant à elle habituellement des millions de fidèles chaque année.

Cette réduction drastique du nombre de pèlerins et les restrictions sanitaires ont permis aux autorités de proclamer qu’il n’y avait eu aucune contamination au coronavirus lors du hajj 2020.

Le pèlerinage n’a rien rapporté au royaume alors qu’il génère habituellement des milliards de dollars par an.