Un an après l’élection de Trump, les démocrates raflent la mise des élections partielles

365
Crédit AFP

Dans un signal de défiance envers leur président, les électeurs ont choisi mardi des démocrates comme gouverneurs de la Virginie et du New Jersey. À New York et Boston, les maires sortants Bill de Blasio et Martin Walsh ont par ailleurs aisément battu leurs adversaires républicains.

Cela faisait longtemps que le Parti démocrate n’avait pas passé une aussi bonne soirée électorale. Dans une série de scrutins partiels à travers le pays, les candidats «libéraux» ont fait pratiquement carton plein, redonnant le moral aux opposants à Donald Trump un an avant les législatives de mi-mandat.

Dans une bataille particulièrement symbolique, Ralph Northam, «lieutenant-gouverneur» sortant (vice-gouverneur) de Virginie, a dominé Ed Gillespie avec 54% des voix contre 45%. Ancien patron du Comité national républicain et lobbyiste en vue sous George W. Bush, Gillespie, parangon de l’establishment, avait tenu à distance le président tout en copiant ses méthodes de campagne. Il avait lancé un assaut furieux sur Northam, lui imputant la prolifération des gangs latinos, la protection des villes sanctuaires, le démantèlement des statues confédérées et la restitution des droits de vote aux condamnés. Ses spots agressifs lui avaient permis de combler son retard dans les sondages aux derniers jours de la campagne.

Le démocrate, neurochirurgien pédiatrique, avait cependant gardé le cap d’une campagne modérée que certains trouvaient trop molle, centrée sur la défense de l’assurance-maladie et les succès économiques de l’Etat adossé à la capitale fédérale, Washington. Le taux de chômage y est d’à peine 3,7%, en dessous de la moyenne nationale et sensiblement inférieur aux 5,4% qu’avait trouvés le gouverneur sortant, Terry McAulife, un proche des Clinton, en arrivant à Richmond il y a quatre ans.

En tournée asiatique, Donald Trump avait tweeté à trois reprises au matin du vote, relayant les attaques de Gillespie: «Northam va permettre la criminalité rampante en Virginie. Il est faible sur le crime, faible sur nos magnifiques vétérans, anti-deuxième Amendement» (relatif au droit d’être armé), écrivait-il au lendemain de la tuerie du Texas. Dès les résultats connus, cependant, il s’est désolidarisé du perdant: «Ed Gillespie a fait beaucoup d’efforts mais il n’a pas pris fait et cause pour moi ou mes idées».

L’optimisme des démocrates conforté par plusieurs victoires

Le succès démocrate, dans l’un des rares Etats pivots qu’avait remportés Hillary Clinton il y a un an, a été complété par la victoire de Justin Fairfax pour le fauteuil de lieutenant-gouverneur et la reconduction de Mark Herring pour celui d’Attorney General. Fairfax est le premier Afro-Américain élu par l’ensemble du corps électoral virginien, Herring est un libéral qui a défendu les droits des minorités et des homosexuels. Pour la première fois également, une transsexuelle, Danica Roem, a été élue à la Chambre du Congrès de l’Etat.

Ailleurs dans le pays, d’autres scrutins ont conforté l’optimisme des démocrates. Dans le New Jersey, Phil Murphy succèdera au gouverneur républicain proche de Trump, Chris Christie. A New York et Boston, les maires sortants Bill de Blasio et Martin Walsh ont aisément battu leurs adversaires républicains. Dans l’Etat de Washington, Manka Dhingra menait la course pour faire basculer le Sénat local sous contrôle démocrate, donnant tous les pouvoirs locaux au parti de l’âne. Seule la succession du républicain Jason Chaffetz en Utah, Etat solidement conservateur, paraissait acquise à son dauphin John Curtis.

Les quatre dernières élections partielles, destinées à remplacer des élus entrés dans l’Administration Trump, avaient été âprement disputées mais remportées par des républicains. Les analystes observent que, pour la première fois, l’opposition est parvenue à transformer les sentiments négatifs envers le président en vote positifs en sa faveur. Un an après son élection, Trump recueille 57% d’opinions défavorables en Virginie, pour 37% de soutiens, l’équivalent de sa situation au niveau national.

Le résultat de mardi apporte un démenti à Steve Bannon, ex-stratège du président très impliqué dans les élections locales, qui déclarait avant le vote: «Avec Gillespie, le trumpisme sans Trump montre la voie. Si cela se confirme, les démocrates peuvent vraiment s’inquiéter».