Algérie: une figure de proue du « Hirak » condamné à un an de prison

Karim Tabbou, chef du parti non-agréé l’Union Démocratique et Sociale (UDS) et figure de proue du hirak algérien, a été condamné mercredi par le tribunal de Sidi Mhamed d’Alger à un an de prison dont six mois ferme et une amende de 50000 dinars.

En détention provisoire depuis septembre dernier, le chef de l’UDS était poursuivi pour plusieurs chefs d’inculpation, dont atteinte au moral de l’armée et à l’unité du territoire national, incitation à attroupement après son appel avec d’autres personnalités à manifester le 5 juillet dernier et des publications sur Facebook.

Dans une déclaration à la presse, le vice-président de la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADDH), Saïdi Salhi, a qualifié de « lourd » le verdict, en soulignant que « cela s’inscrit dans la logique de durcissement de la justice ».

 

Lire aussi: Algérie: mobilisation populaire une semaine avant le 1er anniversaire du Hirak

 

Placé en détention une première fois le 12 septembre après avoir été inculpé « d’atteinte au moral de l’armée » par un tribunal de Tipaza, à l’ouest d’Alger, Karim Tabbou avait été remis en liberté le 25 septembre. A nouveau arrêté dès le lendemain, il avait été inculpé cette fois d' »incitation à la violence » et une nouvelle fois incarcéré.

Avant de fonder l’UDS, il avait été de 2007 à 2011 premier Secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), plus ancien parti d’opposition d’Algérie.

Selon des organisations de défense des droits humains, plusieurs dizaines de personnes restent en détention dans le cadre du mouvement de contestation qui secoue l’Algérie depuis le 22 février 2019.