Algérie: un militant du « Hirak » condamné à 10 ans de prison pour « incitation à l’athéisme »

264
DR.

Un militant connu du mouvement de protestation « Hirak » en Algérie, Yacine Mebarki, a été condamné jeudi à dix ans de prison notamment pour « incitation à l’athéisme » et « offence à l’islam, a-t-on appris auprès de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH).

« M. Mebarki a été condamné à dix de prison ferme et dix millions (BIEN: dix millions) de dinars d’amende (66.000 EUR) » par le tribunal de Khenchela (est de l’Algérie), a déclaré à l’AFP Saïd Salhi, vice-président de la LADDH, qui s’est dit « choqué par la lourdeur du verdict contre un citoyen qui n’a fait qu’exprimer son opinion sur les réseaux sociaux ».

Il s’agit de la plus lourde peine prononcée à l’encontre d’un militant du « Hirak » depuis le début de la contestation en février 2019.

Lors du procès, le parquet avait requis huit années de prison. Il est rare qu’un juge prononce une peine supérieure à celle réclamée par le parquet.

Le prévenu, qui clame son innocence, a décidé de faire appel, selon M. Salhi.

Yacine Mebarki était poursuivi pour « incitation à l’athéisme », « offense ou dénigrement du dogme ou des préceptes de l’islam » et « incitation à la discrimination et la haine », a précisé M. Salhi.

« Il s’agit d’une affaire de liberté de conscience et d’opinion », a souligné le militant des droits humains, qui a réclamé l’annulation du procès, la libération de Yacine Mebarki et l’abandon des poursuites.

Très impliqué localement dans le mouvement de contestation, M. Mebarki, 52 ans, avait été arrêté le 30 septembre après une perquisition à son domicile.

Selon un ami du condamné, joint au téléphone par l’AFP et qui était présent au tribunal, les policiers auraient trouvé chez lui un exemplaire jauni du Coran, « dont une des feuilles était déchirée » du fait de la vétusté de l’ouvrage. Déchirer une page du livre saint est considéré comme une atteinte à la religion musulmane.