Algérie: un journaliste écroué après un article sur le mécontentement touareg

1907

Un journaliste algérien a été inculpé lundi et écroué pour diffusion de fausses informations pouvant porter « atteinte à la sécurité publique » après un article sur un mouvement de protestation des Touaregs dans le grand sud de l’Algérie, selon une association de solidarité avec les détenus d’opinion.

Rabah Karèche, correspondant du quotidien francophone Liberté à Tamanrasset, a été « placé sous mandat de dépôt » après son audition par un juge d’instruction du tribunal de cette ville du Sahara algérien, a précisé le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Le journaliste de Liberté été présenté à la justice après avoir passé la nuit de dimanche à lundi en garde à vue au commissariat central de Tamanrasset, selon l’édition web de Liberté.

Il avait été convoqué par la police dimanche à la suite de la publication le jour même d’un compte rendu informé sur une manifestation des Touaregs de l’Ahaggar, dans la même région, qui protestaient contre un « nouveau découpage territorial ».

Rabah Karèche, un journaliste expérimenté et respecté, établi de longue date à Tamanrasset, avait notamment rapporté que les habitants de cette région dénonçaient « l’expropriation de leurs terres au profit » des wilayas (préfectures) de Djanet et d’Illizi, nouvellement créées dans le sud du pays, à la faveur d’un nouveau découpage territorial.

Les populations touarègues de l’extrême sud de l’Algérie, berbérophones, dénoncent régulièrement leur marginalisation économique et sociale au sein d’un Etat très centralisé.

Rabah Karèche « est journaliste à Tamanrasset, loin de la relative sécurité des rédactions algéroises. Rabah dérange car il dénonce depuis des années les magouilles de l’administration et de certains notables locaux », a tweeté le journaliste indépendant Tarik Hafid sous le hashtag #le journalisme-n’est-pas-un- crime.

 

Lire aussi: Algérie: nouveau procès pour le journaliste Khaled Drareni

 

Selon Liberté, il est reproché officiellement à M. Karèche la « création d’un compte électronique consacré à la diffusion d’informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société », la « diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d’attenter à l’ordre public » et « l’usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et l’unité nationale ».

« Il va de soi que ce ne sont là que des accusations fallacieuses qui cachent mal une volonté de faire taire le journaliste et l’empêcher d’accomplir en toute objectivité son travail, comme l’attestent ses nombreuses convocations, ces derniers mois par les services de sécurité », poursuit le quotidien, un des titres phares de la presse francophone algérienne.

« Connu pour son professionnalisme et son sérieux, Rabah Karèche a de tout temps fait de l’éthique et de la déontologie son sacerdoce », ajoute Liberté qui dénonce « avec la plus grande énergie cette énième atteinte à la liberté de la presse et exige la libération immédiate » de son journaliste.

 

Lire aussi: Algérie: les manifestants du Hirak défilent pour l’indépendance de la justice

 

Une réforme du code pénal adoptée l’année dernière criminalise la diffusion de « fausses nouvelles (fake news) » qui portent « atteinte à l’ordre public ».

Leurs auteurs sont passibles de un à trois ans de prison, voire le double en cas de récidive, selon le nouveau texte qui a été critiqué par les organisations de défense de la liberté de la presse.

Sur la défensive face au mouvement populaire du Hirak et à une grave crise socio-économique, le régime algérien n’hésite pas à poursuivre en justice des journalistes accusés de semer la discorde, de menacer l’intérêt national ou encore d’être à la solde de « parties étrangères ».

L’Algérie figure à la 146e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par RSF, dégringolant de 27 places par rapport à 2015.