Algérie: nouvelle manifestation étudiante pour la libération de détenus

76
Crédit: AFP.

Un important cortège d’étudiants, d’enseignants et de sympathisants a défilé mardi dans les rues d’Alger pour réclamer la libération de détenus d’opinion, au lendemain du placement sous mandat de dépôt d’au moins 24 manifestants interpellés au cours du weekend lors d’une marche du mouvement pro-démocratie du Hirak.

La marche, qui rassemble chaque mardi en majorité des étudiants, s’est déroulée sans incident, a constaté l’AFP.

« Libérez les détenus », ont scandé des manifestants dont les pancartes affichaient des portraits de prisonniers.

Vingt-quatre manifestants ont été écroués lundi pour « atteinte à l’unité nationale », après avoir été interpellés lors d’une marche du Hirak samedi à Alger, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

D’autres militants, dont le « poète du Hirak » Mohamed Tadjadit qui a de nouveau été arrêté dimanche soir, étaient toujours en garde à vue mardi à Alger, a précisé le CNLD.

 

Lire aussi: Bourita: le règlement du conflit autour du Sahara passe par un dialogue direct entre le Maroc et l’Algérie

 

Plus nombreux que la semaine passée, les étudiants ont également manifesté pour les droits à la liberté d’expression et à manifester, jurant de « rester debout face aux corrompus », et ils ont lancé les habituels slogans anti-régime.

Né en février 2019 du rejet massif d’un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, impotent et reclus, le Hirak réclame un changement radical du « système » politique en place depuis l’indépendance du pays en 1962.

Ce mouvement populaire inédit en Algérie est pluriel –des laïcs aux islamistes– et sans véritable leadership ni structure politique à ce jour, ce qui l’expose à des risques grandissants de divisions.

Il est aujourd’hui accusé par le pouvoir d’être infiltré par des activistes islamistes, héritiers du Front islamique de salut (FIS, dissous en mars 1992), qui chercheraient à entraîner ce mouvement pacifique dans la confrontation violente.