Algérie: le Kremlin appelle à une transition sans « ingérence de pays tiers »

191
Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin. DR

Le Kremlin a appelé mercredi à une transition sans « ingérence de pays tiers » en Algérie, au lendemain de la démission du président Abdelaziz Bouteflika confronté à une contestation populaire inédite.

« Nous espérons que, quoi qu’il arrive, les processus internes qui se déroulent dans ce pays et qui relèvent exclusivement des affaires intérieures de l’Algérie se dérouleront sans ingérence de pays tiers », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Moscou espère aussi que la transition qui s’annonce n’aura « aucune répercussion sur le caractère amical de nos relations bilatérales », a-t-il ajouté.

La Russie est un grand allié de l’Algérie à laquelle elle livre notamment des armes.

Au pouvoir depuis deux décennies, Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, cible d’une contestation populaire inédite depuis plus d’un mois et défié par l’armée, a démissionné mardi soir.