Algérie: deux officiers tués dans l’accident d’un avion de combat

Image d'illustration. DR

Deux officiers de l’armée de l’Air algérienne ont péri dans l’accident de leur avion de combat, qui s’est écrasé dans la nuit à environ 250 km au sud-ouest d’Alger, a annoncé jeudi le ministère algérien de la Défense.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’accident de ce Sukhoï SU-24, appareil d’attaque de fabrication russe, survenu lors « d’un vol d’instruction de nuit », a indiqué le ministère de la Défense dans un bref communiqué.

L’avion s’est écrasé « dans une zone agricole inhabitée », mercredi vers 22H00 (21H00 GMT), « aux environs de la commune de Rechaïga dans la wilaya (préfecture) de Tiaret », tuant ses deux membres d’équipage, pilote et copilote, précise le ministère dans son communiqué.

Aucun responsable du ministère n’était disponible pour répondre aux questions de l’AFP dans l’immédiat.

 

Lire aussi: Crash d'un avion en Algérie: Mohammed VI présente ses condoléances à Bouteflika

 

De conception soviétique, le SU-24 est un appareil d’attaque et de pénétration réputé. Mis en service en 1970 il est toujours en activité dans plusieurs pays, notamment dans l’aviation militaire russe qui en utilise notamment en Syrie.

Ces dernières années, plusieurs appareils – notamment de transport – de l’armée algérienne ont enregistré des accidents, qui ont fait des centaines de victimes.

En avril 2018, un Iliouchine-76, appareil de transport militaire de fabrication soviétique puis russe, s’est écrasé au décollage, tuant les 257 personnes à bord, majoritairement des militaires. Il s’agit de la pire catastrophe aérienne de l’histoire de l’Algérie.

Une commission d’enquête mise en place pour déterminer les causes de l’accident n’a toujours pas rendu ses conclusions.

En février 2014, 77 personnes – des militaires et des membres de leur familles – avaient péri dans l’accident d’un Hercules C-130 qui s’était écrasé alors qu’il survolait le mont Fortas (quelque 500 km à l’est d’Alger).

En mars 2016, 12 militaires sont morts quand leur hélicoptère s’est écrasé dans le sud du pays en raison d’une panne technique.