Algérie: un ancien ministre appelle à la révolution

Noureddine Boukrouh, ancien ministre algérien, a lancé un appel pour une « révolution citoyenne » visant à changer le système en place.

Sortie surprenante de l’économiste et ancien ministre au gouvernement algérien entre 1999 et 2005, Noureddine Boukrouh. Le président du Parti du Renouveau Algérien (PRA) a lancé le 17 septembre dernier un appel adressé aux Algériens pour ce qu’il a appelé « une révolution citoyenne », tout en insistant sur son caractère « pacifique ».

Nourredine Boukrouh s’explique: « Une révolution morale est la prise de conscience, quand tout va mal et de travers, quand on sent qu’on est cerné par le danger et qu’on est sur une mauvaise route, qu’on doit changer sa vision des choses et de direction ». Pour le patron du PRA, il ne s’agit pas de « se soulever » mais de « se lever ».

« Nous devons converger vers un but commun qui est de dire «Non!» à la situation actuelle en attendant le moment de le faire par les urnes. L’élection présidentielle prévue à l’échéance d’avril 2019 offre l’opportunité historique d’en finir avec le «système», mais il ne faut pas exclure qu’elle soit précipitée par une cause quelconque », explique Boukrouh, clarifiant davantage son objectif.

Pour commencer sa « révolution », l’ancien ministre lance dès maintenant maints slogans visant notamment à dire « Non à un cinquième mandat! » pour l’actuel président Aziz Bouteflika. Boukrouh s’oppose également à une « succession arrangée d’en haut ». L’économiste se par ailleurs contre le recours à la planche à billets pour payer les salaires des fonctionnaires Algériens à partir de novembre prochain.