Alger dit oeuvrer à la reprise des liaisons terrestres et maritimes avec Tripoli

500
Le ministre des Affaires étrangères algérien, Sabri Boukaddoum. DR.

L’Algérie et la Libye, qui partagent près de 1.000 km de frontières, travaillent à la reprise de leurs liaisons terrestres et maritimes, a indiqué le ministre algérien des Affaires étrangères, en marge d’une visite du chef du gouvernement libyen, Abdelhamid Dbeibah.

Désigné en début d’année à la tête d’un gouvernement unifié, au terme d’un processus parrainé par l’ONU, M. Dbeibah est arrivé samedi soir dans la capitale algérienne pour une visite de deux jours à la tête d’une importante délégation ministérielle, ont indiqué les autorités libyennes et l’agence officielle algérienne APS.

Parallèlement se tient un forum d’affaires algéro-libyen auquel prennent part plus de 400 opérateurs économiques, dont 150 Libyens.

Prenant la parole à cette occasion, le chef de la diplomatie algérienne, Sabri Boukadoum, a annoncé la prochaine réouverture du principal poste-frontière entre les deux pays, celui de Debdeb-Ghadamès. L’Algérie est « en passe d’achever les préparatifs logistiques et techniques finaux en coordination avec la partie libyenne », a-t-il dit.

M. Boukadoum, qui avait effectué le mois dernier une visite de travail en Libye, a ajouté que des « pourparlers finaux » étaient aussi en cours pour rouvrir la ligne maritime Alger-Tripoli, pour « le transport des marchandises ».

La Libye tente de s’extraire d’une décennie de chaos à la suite de la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi. L’actuel gouvernement unifié doit poursuivre l’embellie politique en assurant une transition jusqu’à des élections prévue à la fin de l’année.