Affaire Tariq Ramadan: une des plaignantes envisage de retirer sa plainte

654
DR.

Le témoignage d’Elvira est contredit par les enquêteurs de police. «Minée par cette affaire», la plaignante ainsi que ses avocats semblent jeter l’éponge.

«Elvira» est la quatrième femme à avoir déposé plainte contre l’islamologue suisse Tariq Ramadan. Selon ses dires, alors qu’elle devait l’interviewé pour une radio lyonnaise, elle a été violée par l’islamologue et par un ami à lui, dans une chambre d’hôtel à Lyon, le 23 mai 2014.

Cependant, de récentes informations, publiées par le journal Le Monde, viennent contredire son témoignage. En effet, la brigade criminelle de Paris, n’aurait pas trouvé de traces des échanges prétendus avec l’islamologue et les analyses de ses appels ne corroborent pas son récit.

 

Lire aussi: L’enquête sur Tariq Ramadan élargie à de nouveaux soupçons de viol

 

Par ailleurs, la cinquantenaire n’aurait jamais été journaliste et aurait été condamné pour des fats d’escroqueries et dénonciations calomnieuses, poursuit le quotidien français. De plus, la plaignante ne s’est pas rendue, à plusieurs reprises, aux convocations des services de police du juge.

Interrogé par Var-Matin, son avocat, Maître Philippe Soussi, n’a pas nié les faits ; « la plaignante ne s’est pas rendue aux convocations des services de police à deux reprises. Je peux aussi confirmer qu’elle ne s’est pas rendue non plus à la convocation du juge. En revanche, en raison du secret professionnel, je n’ai pas à en indiquer les raisons».

De son côté la plaignante dit être «épuisée par une affaire qui la mine » et envisage de retirer sa plainte, bien qu’elle maintienne toutes ses déclarations, note la même source.