Affaire Mila: Ibrahim Maalouf « scandalisé » par les propos de Zineb El Rhazoui

2379
DR

La journaliste maroco-française Zineb El Rhazoui a pris position sur le plateau de «C à vous» mercredi dernier en faveur de l’adolescente de 16 ans au cœur d’une polémique pour ses propos qu’elle revendique elle-même de blasphématoires. 

Sortie de l’anonymat le 18 janvier pour une vidéo en directe sur les réseaux sociaux dans laquelle elle insulte la religion islamique, Mila, 16 ans, est depuis harcelée et menacée de mort. Invitée sur le plateau de « C à vous » (France 5) mercredi dernier, Zineb El Rhazoui a pris la défense de la jeune fille en la qualifiant de « modèle pour la jeunesse française ». Elle « a tout compris à ce qu’est l’esprit d’universalisme, l’esprit des Lumières », a poursuivi l’ex-journaliste de Charlie Hebdo.

Des propos qui ont «scandalisé» le musicien libano-français et représentent selon lui une «incitation à la haine», déclare-t-il sur son compte Twitter.

Ibrahim Maalouf a également caractérisé le discours d’El Rhazoui de « démagogie dangereuse » visant à « encourager l’immoral au prétexte que c’est légal ». Il a illustré ses mots en mettant en parallèle le cas de Matzneff ou des exilés fiscaux avec l’affaire Mila.

Pour rappel, l’écrivain Gabriel Matzneff âgé actuellement de 83 ans est visé par une enquête pour viols sur mineur. Certains internautes -dont Zineb El Rhazoui- n’ont pas manqué de notifier qu’Ibrahim Maalouf lui-même a été condamné en 2014 à quatre mois de prison avec sursis pour agression sexuelle sur mineure. Il avait été condamné à payer une amende de 20.000 euros en 2013 après avoir été reconnu coupable d’avoir embrassé une collégienne en stage dans son studio d’enregistrement.

Par ailleurs, l’adolescente a dit « regretter la vulgarité » de ses propos mais non leur teneur. « C’était vraiment ma pensée », a-t-elle déclaré lundi soir sur le plateau du « Quotidien » sur TMC«Je m’excuse un petit peu pour les personnes que j’ai pu blesser, qui pratiquent leur religion en paix, et je n’ai jamais voulu viser des êtres humains, j’ai voulu blasphémer, j’ai voulu parler d’une religion, dire ce que j’en pensais», a-t-elle justifié.