Accuser la Russie d'entraver l'accès de l'OIAC est «sans fondement» (Kremlin)

158

Le Kremlin a qualifié aujourd’hui de « sans fondement » les accusations selon lesquelles la Russie aurait entravé l’accès de la mission de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) à la ville syrienne de Douma, théâtre d’une récente attaque chimique présumée.
« Nous considérons ces accusations comme sans fondement », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.
Le Royaume-Uni a affirmé aujourd’hui que la Russie et la Syrie n’avaient pas encore autorisé l’accès à Douma à la mission de l’OIAC, arrivée en Syrie pour enquêter sur l’attaque présumée aux « gaz toxiques » qui a fait des dizaines de morts dans cette ville syrienne selon des secouristes. « La Russie et la Syrie n’ont pas encore autorisé l’accès à Douma. Accès sans entrave essentiel. La Russie et la Syrie doivent coopérer », a déclaré l’ambassade britannique à La Haye dans un tweet.
Dès le début, la Russie a été catégoriquement contre des accusations ou jugements précipités et infondés » sur les éventuels auteurs de cette attaque « et s’est prononcée pour une enquête impartiale », a souligné pour sa part M. Peskov. Moscou, grand allié du régime syrien, s’est engagé à « ne pas s’ingérer » dans le travail de la mission de l’OIAC, officiellement invitée par les autorités de Damas qui nient avoir lancé une attaque chimique à Douma.