Accusé de viol, Tariq Ramadan placé en garde à vue à Paris

à 11:55
Crédit: DR.

Entendu depuis mercredi matin à la Police judiciaire de Paris dans le cadre d'une enquête pour viol, le théologien suisse a été placé en garde à vue, rapporte l'agence AFP.

L'islamologue et théologien suisse Tariq Ramadan vient d'être placé en garde à vue, après avoir été entendu toute la matinée du mercredi 31 janvier par la Police judiciaire de Paris dans le cadre d'une enquête pour viol. Le petit-fils du fondateur des Frères musulmans est visé par deux plaintes pour viol, déposée en octobre 2017 par Henda Ayari, une ancienne salafiste devenue aujourd'hui militante pour la laïcité, et une femme de 40 ans qui a souhaité préserver son anonymat et qui accuse Ramadan pour des faits qui remontent à 2009.

"Tariq Ramadan est actuellement entendu par les enquêteurs de la 2e DPJ de la police parisienne, une garde à vue qui peut durer jusqu'à 48 heures et à l'issue de laquelle il peut repartir libre, être placé sous le statut de témoin assisté ou être mis en examen", précise pour sa part RTL.fr.

Lâché par le Qatar
Les ennuis de Tariq Ramadan ne sont pas seulement d'ordre judiciaire, puisque le Qatar, un des puissants parrains de l'islamologue proche des Frères musulmans, vient d'interdire l'entrée de son territoire au théologien suisse. Coupable de nuire à l'image du petit émirat du Golfe, Ramadan a tout bonnement été lâché par un de ses principaux soutiens, rapporte le site du magazine Le Point.
"La rupture a été brutale. Il a été simplement prié de ne plus mettre les pieds dans le Golfe", a confié un politologue spécialisé dans les pays du Golfe à nos confrères français. "Selon mes sources à Doha, cela va encore plus loin : Ramadan serait interdit de séjour. On lui a vivement conseillé de ne plus mettre les pieds dans l'émirat afin d'éviter de gros ennuis", a pour sa part ajouté Antonio Amaniera, responsable du site Worldnewsmedias.com spécialisé dans le Qatar