Accident d'un 737 MAX: Trump et le patron de Boeing ont discuté par téléphone

à 20:30
DR.

Le président américain Donald Trump et Dennis Muilenburg, patron de Boeing, se sont entretenus par téléphone de la crise traversée par le constructeur aéronautique après l'accident dimanche d'un 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts, a indiqué à l'AFP une source industrielle.

Cette discussion s'est déroulée mardi matin peu après des tweets de M. Trump déplorant que les avions soient devenus "trop complexes" à piloter, a indiqué cette source sous couvert d'anonymat.

M. Muilenburg a assuré l'occupant de la Maison Blanche que le 737 MAX 8 était "sûr" et "fiable" malgré la décision de plusieurs pays, notamment en Europe, de lui fermer leur espace aérien.

Cette source n'a en revanche pas souhaité dire lequel des deux hommes avait initié l'entretien téléphonique ni combien de temps celui-ci avait duré.

Contacté par l'AFP, Boeing n'a pas souhaité commenter ces informations.

Les Etats-Unis restent un des rares grands pays à maintenir leur confiance en cet avion.

"Nous continuons à être impliqués dans l'enquête sur l'accident et prendrons les décisions sur les suites à donner en fonction des éléments récoltés", a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'Agence fédérale de l'aviation (FAA), un des principaux régulateurs du transport aérien américain.

Lire aussi: Les compagnies et les pays qui clouent au sol leurs Boeing 737 MAX

Mais le ciel mondial continuait mardi de se fermer toujours plus à cet avion, version remotorisée du best-seller 737 et locomotive des ventes et des bénéfices de Boeing.

Après des interdictions en rafale de la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et les Pays-Bas, l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a décidé de suspendre "à partir de 19h00 GMT" tous les vols des MAX 8 et des MAX 9, qu'ils soient à destination, au départ, ou à l'intérieur de l'Union européenne, que les opérateurs soient européens ou issus de pays tiers.

L'action Boeing était toujours malmenée en Bourse: après avoir perdu plus de 5% lundi, elle décrochait d'environ 6% mardi vers 19H15 GMT.

Le constructeur s'est engagé à modifier le système de stabilisation dit "MCAS" du 737 MAX 8 comme le lui a demandé la FAA.