H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a donné vendredi « un an » à Israël pour se « retirer des territoires palestiniens occupés », menaçant dans le cas contraire de ne plus reconnaître l’Etat hébreu dans les frontières de 1967.

    Dans son discours virtuel à l’Assemblée générale annuelle des Nations unies, le dirigeant a une nouvelle fois appelé le secrétaire général de l’organisation mondiale, Antonio Guterres, à « convoquer une conférence internationale sur la paix ».

    Mais il a assorti cette demande d’une forme d’ultimatum: Israël « a un an pour se retirer des territoires palestiniens occupés en 1967, y compris Jérusalem-Est ».

    « Nous sommes prêts à travailler au cours de cette année à la délimitation des frontières, et à résoudre toutes les questions liées au statut final » de deux futurs Etats israélien et palestinien, a-t-il assuré.

    « Si nous n’y parvenons pas, alors à quoi bon maintenir la reconnaissance d’Israël sur la base des frontières de 1967? », a lancé le président Abbas.

    Lire aussi. Israël: les six Palestiniens évadés à nouveau derrière les barreaux

    Outre cette menace, il a affirmé que l’Autorité palestinienne saisirait dans un an la Cour internationale de justice de « la légalité de l’occupation des territoires de l’Etat palestinien ».

    Le processus de paix international pour parvenir à une « solution à deux Etats » est dans l’impasse depuis plusieurs années.

    Israël a tout de suite balayé les demandes du dirigeant palestinien.

    Il « démontre une fois de plus qu’il ne représente plus rien », a réagi l’ambassadeur israélien à l’ONU Gilad Erdan. « Ceux qui soutiennent vraiment la paix et les négociations ne brandissent pas des menaces et des ultimatums délirants depuis la tribune de l’ONU », a-t-il ajouté.

    Share.

    Comments are closed.