Washington se félicite du lancement des travaux du nouveau consulat de Casablanca

722

La pose de la première pierre du nouveau Consulat général américain à Casablanca est la « dernière manifestation de l’amitié durable et du partenariat stratégique » liant les Etats-Unis au Maroc, a indiqué jeudi le département d’Etat US.

Dans un communiqué, le bureau du porte-parole du département d’Etat a indiqué que le nouveau Consulat général des États-Unis, fournira une « plateforme sécurisée et résiliente pour la diplomatie américaine au Maroc ». Lors d’une cérémonie pour la pose de la première pierre du nouveau siège, l’ambassadeur américain à Rabat, David T. Fischer, a affirmé que « les Etats-Unis misent sur l’avenir de Casablanca comme hub régional dans les domaines des affaires, du commerce, de la culture et des voyages, alors que se concrétise le projet de SM le Roi Mohammed VI de faire du Maroc la porte d’entrée vers l’Afrique ».

Le nouveau siège du Consulat, conçu par le bureau d’architecte Miller Hull de Seattle, sera érigé au sein du nouveau pôle urbain Casa-Anfa, pour un budget global de 300 millions de dollars.

Composé de plusieurs bâtiments et espaces verts, ce complexe, qui sera livré à l’horizon 2024, occupera une surface globale de 2,8 hectares, avec une conception qui conjugue le style américain contemporain aux nombreuses influences historiques du Maroc.

Dans le cadre de ce projet, « quelque 100 millions de dollars seront investis dans l’économie locale et une main-d’œuvre composée de plus de 500 américains, marocains, et de ressortissants de pays tiers, sera employée pendant la construction », souligne le communiqué du département d’Etat.

La cérémonie pour la pose de la première pierre du nouveau siège a eu lieu en présence du Wali de la région de Casablanca–Settat, Said Ahmidouch, de la Consule générale des Etats-Unis à Casablanca, Jennifer Rasamimanana, du directeur du protocole au ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidents à l’étranger, l’ambassadeur Anas Khales, du maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari et de la gouverneure de Hay Hassani, Khadija Benchouikh.