Vidéos. Manifestation et colère après l’interdiction des prières de «Tarawih»

.DR

Les Marocains s’apprêtent à vivre un deuxième Ramadan confinés. Avec l’instauration du couvre-feu de 20h jusqu’à 06h du matin, les prières de «Tarawih» ne seront donc pas autorisées cette année encore. Sur les réseaux sociaux et même dans les rues certains ont exprimé leur colère.

Une fois encore les prières de «Tarawih» (prières quotidiennes après celle de l’Isha, pendant le mois de Ramadan) n’auront pas lieu cette année. Si le ministère des Habbous et des Affaires islamiques ne s’est pas encore prononcé à ce sujet, des consignes auraient déjà été adressées aux imams, rapportent des médias locaux.

Sur les réseaux sociaux, ce point a été soulevé dès lors où le gouvernement a annoncé l’instauration du couvre-feu nocturne. Le bref communiqué ne fait d’ailleurs pas allusion à la fermeture des mosquées et a donc suscité des questionnements sur les réseaux sociaux.

La colère a même conduit certains à manifester dans les rues de Tanger, ce vendredi 9 avril, demandant dans ce sens l’ouverture des mosquées durant le mois sacré.

Tandis que le Maroc a choisi d’interdire les prières de «Tarawih» à nouveau, certains pays ont fait le choix de garder les mosquées ouvertes aux fidèles. C’est le choix fait notamment par le Koweït, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte, l’Irak ou encore l’Algérie.