Vidéos. Après un rapatriement partiel, des Marocains bloqués à Sebta manifestent

DR.

Après des mois de blocage, des centaines de Marocains ont pu être rapatriées depuis l’enclave de Sebta. Certains Marocains encore bloqués et le gouvernement local espèrent que ces opérations se poursuivront.

Fermées depuis le 13 mars, les frontières entre le Maroc et Sebta ont été temporairement rouvertes ce vendredi 22 mai pour permettre la sortie des Marocains bloqués dans l’enclave. Néanmoins, seul un premier groupe de 300 personnes a été rapatrié vers 10h du matin dans une dizaine des bus, via le poste-frontière Tarajal.

Cette première liste a été fournie par les autorités marocaines à la police locale de Sebta, écrit El Faro de Ceuta. Ces premiers rapatriés seront conduits et placés en quarantaine pendant 14 jours dans un hôtel de la ville de M’diq, rapporte pour sa part la chaîne espagnole RTVE.

Après des semaines de négociations ce premier déblocage sera suivi par d’autres opérations de rapatriement, note la même source. Un temps d’attente infernale pour de nombreuses personnes, qui ont manifesté leur mécontentement ce vendredi même à la frontière.

En effet, alors que certains étaient embarqués dans les bus, d’autres ont découvert qu’ils ne figuraient pas sur cette première liste et donc qu’ils allaient encore devoir attendre. La police a même dû être mobilisés pour éviter tout incident, peut-on voir sur des vidéos partagées sur les réseaux sociaux.

Ces opérations à Sebta se font quelques jours après une première opération de rapatriement menée depuis Melilla. Une opération enclenchée après le tragique décès d’une Marocaine bloquée dans l’enclave. Un vent de colère et d’indignation avait mené au rapatriement d’un premier groupe. Néanmoins, l’organisation de leur sortie était quasi chaotique au vu du contexte sanitaire.

 

Lire aussi: Vidéo. A Melilla, les Marocains en voie de rapatriement parqués sans respect des normes sanitaires

 

En effet, les personnes en attente de rapatriement se sont vu enfermées en foule, toutes catégories d’âges confondues, dans une file d’attente, sans respect des mesures de distanciation sociales en vigueur. Des scènes similaires à celles reproduites à nouveau dans l’autre enclave de Sebta.