Vidéo. Voici le discours de M’hamid El Ghizlane prononcé par Mohammed V

4173

Dans son discours prononcé ce lundi à l’occasion de la Marche verte, le roi Mohammed VI a rappelé un autre discours adressé par son grand père deux ans après l’indépendance en 1958 à Mhamid El Ghizlane. 

« Dans quelques semaines, nous célébrerons le soixantième anniversaire du Discours que Notre Auguste Grand-Père, Sa Majesté le Roi Mohammed V, que Dieu ait son âme, avait prononcé à M’hamid El-Ghizlane ». C’est avec ses mots que le roi Mohammed VI a débuté son discours à l’occasion du 42e anniversaire de la Marche verte ce lundi, rappelant le discours de son grand-père Mohammed V en 1958 à M’hamid El Ghizlane.

https://youtu.be/wYxEqDfr7eY

Le roi a qualifié le discours de M’hamid El Ghizlane d' »historique » et de « lourd de sens » expliquant « qu’il marque une étape saillante dans le processus de parachèvement de l’intégrité territoriale » du Maroc. il souligne selon Mohammed VI « une seule vérité que nul ne peut contester : la Marocanité du Sahara et l’attachement du peuple marocain à sa terre ». Pourquoi ?

Parce que tout d’abord le discours a été donné « dès que le Maroc a eu son indépendance » et « bien avant que la question du Sahara ne soit consignée aux Nations Unies en 1963 », il précise, « alors qu’aucune revendication ne portait sur la libération du Sahara, à l’exception des demandes légitimes formulées alors par le Maroc (…) mieux encore, bien avant que l’Algérie ne devienne indépendante ».

Pour affirmer l’attachement du Maroc aux provinces du sud, Mohammed VI rappelle un extrait du discours de son grand-père où ce dernier déclare: « nous proclamons solennellement que nous poursuivrons notre action pour le retour de notre Sahara, dans le cadre du respect de nos droits historiques et conformément à la volonté de ses habitants ».

« Replacée dans le contexte de l’époque, cette déclaration est sans ambiguïté, et nul ne peut remettre en cause son bien-fondé. Plus qu’un engagement, elle est l’expression d’une alliance pérenne entre le Trône et le Peuple (…) le Sahara restera marocain jusqu’à la fin des temps, et les sacrifices qu’il sera nécessaire de consentir pour qu’il en soit toujours ainsi importent peu », conclu le monarque avec fermeté.