Vidéo. Violation du couvre-feu: les forces de l’ordre interviennent dans plusieurs villes

4121

Des centaines de contrevenants se rebellent régulièrement depuis le début du ramadan contre le couvre-feu à Tanger, Salé, Sidi Bennour mais aussi Marrakech et Casablanca. Il s’agit principalement de propriétaires et clients de cafés, ou des manifestants appelant à rouvrir les mosquées.

A peine une semaine après le début du Ramadan, les force de l’ordre ont du intervenir dans plusieurs villes du royaume pour disperser des manifestations et verbaliser les contrevenants au couvre-feu, rapporte le quotidien Assabah dans son édition du jour. Des affrontements avec la police ont été enregistrés à Tanger, Inezgane, Salé et Sidi Bennour, où des casseurs ont été arrêtés et déférés devant la justice.

Les acteurs de ces violations sont principalement le fait de certaines propriétaires de cafés et des manifestants en faveur de la réouverture des mosquées pendant ce mois sacré. Parmi les centaines de contrevenants interpellés, certains ont été verbalisés, d’autres ont comparu devant la justice.

A Nador par exemple, plusieurs individus ont été déférés hier, lundi 19 avril, devant le procureur du roi près le tribunal de première instance de la ville. Les prévenus ont été surpris par une descente de police dans un café à chicha où 38 clients, le propriétaire, le gérant et le serveur ont été interpellés, mentionne le média.

A Marrakech, les forces de l’ordre ont découvert deux cafés ayant bravé le couvre-feu pour ouvrir et servir des clients dans les quartiers El Fadl et Tasseltant. 14 personnes ont été arrêtées et plus de 30 clients ont été verbalisés.

 

Lire aussi : Tanger: arrestation de 40 personnes dans des cafés ouverts pendant le couvre-feu

 

De son côté, Tanger a connu une rébellion contre l’état d’urgence sanitaire et le couvre-feu avec l’ouverture de deux cafés et une marche de protestation dans l’arrondissement de Beni Mekada opposée à la fermeture des mosquées et initiée par des mouvements radicaux. Des pierres ont été jetées contre les forces de l’ordre qui ont opéré plusieurs arrestations.

En effet, hormis l’ouverture des cafés, les forces de sécurité ont du faire face à des marches de protestation contre la fermeture des mosquées dans plusieurs villes, donnant lieu à de violents affrontements. C’est le cas à Inezgane où certains extrémistes ont incité des mineurs à descendre dans la rue, vendredi dernier, pour affronter les forces de l’ordre avec des jets de pierres. Ces jeunes délinquants ont également brûlé des pneus de voiture et dégradé des biens publics et privés. Une expédition téléguidée qui a semé la panique sur la voie publique, rapporte le site Le360. Quarante individus ont été interpellés parmi les casseurs.

Même scénario dimanche dernier, à Sidi Bennour et à Salé. Dans certains quartiers de Casablanca, les violations du couvre-feu sont plus pacifiques à la façon de matchs de foot organisés après le ftour. Les Casablancais se montrent davantage indisciplinés en journée, négligeant les gestes-barrières dans les lieux de forte affluence tels que les souks et les transports en commun.