Vidéo. Suicides, magasins déserts, absence de touristes… les bazaristes à l’agonie

7563
Crédits: Ayoub Ouajib./H24 Info

D’habitude bruyantes et bondées, les ruelles du mythique quartier des Habous et celui des Bazars du centre-ville de Casablanca sont désertées. Faute de touristes, à cause de la pandémie du nouveau coronavirus, les commerçants désespèrent en attendant des jours meilleurs. Certains d’entre eux se livrent à H24 Info.

«Pas un seul client», «nos magasins ont été désertés il y a plusieurs mois», s’accordent à dire les différents commerçants spécialisés dans l’artisanat à Casablanca. Le confinement imposé par la propagation du coronavirus dans le royaume a freiné tout le secteur. Et malgré le déconfinement, les affaires n’ont toujours pas repris.

«La situation a même empiré ces derniers mois avec la fermeture des frontières qui a empêché l’arrivée des touristes et des Marocains résidents à l’étranger», nous affirme Mohamed, gérant d’un bazar dans le centre-ville. «L’artisanat est totalement à l’arrêt depuis le mois de février, nous ne vendons quasiment rien», poursuit-il.

 

Lire aussi: Fettah Alaoui: la relance du tourisme conditionnée par trois impératifs

 

Dans le quartier des Habous, la souffrance des commerçants est partagée par tous. «Nous avons des pertes de carrément 100%», depuis le début de l’épidémie, confie Driss, un commerçant du quartier. «Le Covid a complètement gelé nos bénéfices», souligne Bensmail un autre commerçant.

La situation sans précédent pour ce secteur a été marquée par le suicide de 15 professionnels depuis le mois de mars de l’année courante, dénonce Abdelaziz Chajia, secrétaire général du syndicat national des professionnels de l’artisanat marocain.