Vidéo. Le Rif, la résistance, la monarchie… le témoignage poignant de Zefzafi père

13977

Ahmed Zefzafi, père du leader du Hirak Nasser Zefzafi a livré lors d’une conférence de presse ce mardi à Rabat une intervention émouvante, rappelant l’histoire de la résistance rifaine, et insistant sur l’attachement des habitants de la région à l’intégrité territoriale du Maroc. Retour sur les moments marquants de son allocution.

Accueilli sous des applaudissements et des slogans dans la salle, Ahmed Zefzafi était la star de la soirée de ce mardi 26 septembre au club des avocats à Rabat. Lors d’une conférence de presse organisée par le comité de soutien au détenu du Rif, le père de Nasser Zefzafi est resté fidèle à son ton sage et confiant, mais également très franc à l’égard de l’opinion publique.

L’homme que l’anthropologue Abdellah Hammoudi a qualifié durant la conférence de « professeur » a déploré « le silence des morts » des autres régions du Maroc au sujet du Hirak. « Nos enfants se suicident dans les centres de détention de Oukacha, mais personne n’a pu changé les choses (…) où sont ces partis, ces intellectuels, ces responsables, ces syndicats, ces associations ? » s’interroge Ahmed Zefzafi. Et de rajouter: « ces enfants n’ont trouvé finalement que leurs familles à leurs cotés, merci a eux », en précisant que trois détenus du Hirak mènent depuis plusieurs jours une grève de faim dans la prison de Casablanca.

Le père Zefzafi a tenu également à rappeler que les habitants du Rif « étaient les seuls à défendre le roi légitime et ne pas reconnaître Ben Arfa », faisant référence à l’exil forcé de Mohammed V sous le protectorat Français en 1953 et son remplacement par son oncle Mohamed Ben Arfa. « Ils ont voulu nous pousser vers la séparation, mais nous n’avons jamais étaient séparatistes, et nous le serons jamais », précise, sourire aux lèvres, Ahmed Zefzafi.

Etaient présents à cette conférence plusieurs figures politiques et intellectuelles: l’économiste et leader du Parti Socialiste Unifié (PSU) Najib Akesbi, le Président de l’Association Marocaine des Droits de l’Homme (AMDH) Ahmed Haij, l’Historien Maâti Mounjib, ainsi que l’ancien détenu politique du mouvement Ila amam et l’ex chef du parti marxiste la Voie Démocratique Abdellah El Harrif.