Vidéo. Ramid exhorte les Marocains à abandonner le boycott du lait

AFP PHOTO / ABDELHAK SENNA

Invité de l’émission «une heure pour convaincre» de Médi1TV, le ministre des Droits de l’Homme Mustapha Ramid a réagi à la campagne de boycott, tout en demandant aux citoyens de mettre un terme au boycott du lait pour ne pas porter «préjudice aux petits producteurs».
L’espace d’un instant, Mustapha Ramid a curieusement troqué sa casquette de ministre des Droits de l’Homme contre celle de ministre éphémère de l’Agriculture alors qu’il était invité sur le plateau de l’émission «une heure pour convaincre» . «Le boycott du lait portera un grand préjudice aux petits producteurs laitiers», a lâché le ministre pjdiste pour évoquer les conséquences économiques que pourrait avoir le boycott sur les petits agriculteurs marocains.
Pour convaincre les boycotteurs, Ramid n’a pas hésité à inviter les téléspectateurs à constater de leurs propres yeux les dégâts que pourrait avoir la campagne sur les agriculteurs. «J’invite les boycotteurs à se rendre dans la région du Doukkala et demander aux petits agriculteurs locaux s’ils pourront écouler leur production si la société visée par le boycott ferme boutique», a lancé le ministre samedi soir sur le plateau de Médi1TV.
Lire aussi: La réputation des entreprises ciblées par le boycott «fortement entamée», souligne une étude
Ramid s’est montré d’autant plus inquiet qu’il a expliqué que la campagne de boycott coïncide avec «le pic de la production laitière», qui a généralement lieu au printemps. «C’est pour cela que je demande aux Marocains, qui ont toujours été connus pour leur sagesse et leur rationalité, d’abandonner le boycott du lait. Car le boycott du lait a un rapport direct avec les couches les plus fragiles de la société», a renchérit le numéro 2 du gouvernement.
«200 dirhams par semaine»
Mustapha Ramid a également défendu la société Centrale Danone sans la citer, qualifiant de «correctes» les marges enregistrées par la compagnie. Interrogé sur une éventuelle entente sur les prix des produits laitiers, Ramid a répondu que les marges étaient faibles, ce qui rend selon lui impossible la possibilité d’une entente sur les prix.
Le ministre a également réagi au hashtag #laisse-le-cailler lancé par les boycotteurs. C’est bien de le laisser cailler. Mais est-ce qu’il va cailler chez la société? Pas du tout. Ce sont les petits producteurs qui vont voire leur lait cailler», a mis en garde Ramid avant de raconter une anecdote personnelle: «Quand j’étais petit, j’avais l’habitude d’aider mon père qui s’occupait d’une coopérative laitière pendant mes vacances et je peux aujourd’hui vous dire que, si le boycott se poursuit, il est possible que cela impact le petit producteur, dont le revenu hebdomadaire oscille autour de 200 dirhams».
A noter que Mustapha Ramid n’a, à aucun moment lors de son passage, évoqué le cas des deux autres entreprises visées par le Boycott (Sidi Ali et Afriquia), se contentant d’insister sur le boycott du lait et de ses «dangers» sur les petits producteurs.
https://www.youtube.com/watch?v=j8Ybo-VzmBs