Vidéo. Quatre militants marocains LGBT pour combattre mythes et sétérotypes

à 14:30

En collaboration avec la fondation arabe pour les libertés et l'égalité (AFE), l'ONG Human Rights Watch vient de publier une vidéo dont l'objectif est d'examiner et de combattre les mythes et stéréotypes auxquels sont confrontées les personnes LGBT dans le monde arabe. Quatre militants marocains ont participé, à visage découvert, au projet. Eclairage.

 

Human Rights Watch et la fondation arabe pour les libertés et l'égalité (AFE) ont invité plusieurs militants des droits LGBT dans le monde arabe à examiner les mythes auxquels sont confrontés les personnes LGBT de la région MENA. Parmi ces militants, quatre à avoir participé sont Marocains et veulent changer les mentalités. Contrairement aux participants qui ont préféré garder l'anonymat pour se protéger des réactions agressives de leur société, ces jeunes marocains ont tous témoigné à visage découvert.

 

Lire aussi: Tunisie: le président d'une association LGBT candidat aux présidentielles

 

A travers une vidéo ludique, dont l'idée est de répondre aux "stéréotypes récurrents" dans le monde arabe, ces activistes racontent leur propre expérience ou balayent à coup d'arguments scientifiques les mythes et les préjugés souvent avancés par les personnes hostiles aux LGBT. "LGBT et apparences physiques", "LGBT et coming-out", "homosexuelles et haine des hommes", différents sujets ont été abordés.

"Tout le monde te dit l'homosexualité est une maladie. Tu devrais te soigner, mais après quand tu te renseignes tu découvres que c'est tout à fait normal", témoigne Mariyem.

 

Lire aussi: Vidéos. La communauté LGBT d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient prend la parole

 

"On ne peut pas juger de l'orientation d'une personne juste à partir de son apparence", ajoute Youba.

Pour rappel, Human Rights Watch et la Fondation arabe pour les libertés et l'égalité (AFE) ont précédemment publié un dossier multimédia intitulé  « Plus jamais seuls » : Voix LGBT au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les courtes vidéos montraient que les personnes LGBT de ces régions n’étaient plus isolées, mais faisaient partie d’une communauté marquée par la solidarité et méritant un fort soutien. .