H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    L’ONG de lutte pour la liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF), a dénoncé l’interruption d’une conférence à Paris sur la liberté de la presse au royaume. Elle était organisée par l’Association de Défense des Droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM).

    Décidement, cette conférence sur la liberté de la presse au Maroc organisée par l’Association de Défense des Droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM) à Paris fait encore couler beaucoup d’encre. L’ONG a publié sur son site un communiqué dénonçant l’interruption de la conférence sur la liberté de la presse au Maroc. L’ONG a aussi demandé «l’ouverture d’une enquête sur les incidents qui ont entravé (cette) conférence».

    Lire aussi: Liberté de la presse: Laâraj critique le rapport de RSF sur le Maroc

    La conférence a connu la participation de Khadija Ryadi, ancienne présidente de l’AMDH ainsi que « Hassane Zerrouky, journaliste à l’Humanité et Hicham Mansouri poursuivi pour atteinte à la sûreté de l’Etat avec six autres de ses confrères depuis novembre 2015 et exilé en France », ajoute la même source. L’ONG affirme que «plusieurs individus ont commencé à interrompre les débats d’abord en criant que le Maroc n’est pas une dictature, puis en s’en prenant directement aux intervenants, en les intimidant et les insultant».

    Lire aussi : Affaire Bouachrine: RSF dénonce un verdict entaché de doutes

    «Il est inconcevable que des journalistes et des militants marocains ne puissent librement et en toute sécurité se réunir à Paris pour aborder la question de la liberté de la presse au Maroc», a déclaré RSF. «Nous demandons aux autorités françaises d’identifier les responsables du sabotage de cette conférence et de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité des journalistes et l’exercice de la liberté de la presse sur le sol français», conclut le communiqué.

    Share.

    Comments are closed.