Vidéo. MP: Laenser est candidat à sa propre succession!

288

L’histoire entre Mohand Laenser le Mouvement populaire (MP), qui a débuté en 1986, se prolongera probablement pour les quatre années à venir. Le SG du parti a décidé, à la surprise générale, de briguer un neuvième mandant à la tête du mouvement politique fondé par Al Mahjoubi Aherdane. Quant à Mohamed Hassad, il semble être le dindon de la farce. 
En fin connaisseur des rouages d’un parti qu’il préside depuis 1993, Mohand Laenser a décidé de se porter candidat au Secrétariat général du mouvement populaire. L’annonce s’est faite, par le leader des harakis, lors d’une conférence de presse du comité préparatoire du congrès du parti et qui a été accueilli par les applaudissements de la salle, qui comptait plus de sympathisants que de journalistes.

Devant ce fait accompli, les autres candidats potentiels à la tête du MP réfléchiront longuement avant de se porter candidats au poste. C’est le cas de Mohamed Ouzzine qui a annoncé l’annulation de sa candidature et a exprimé son « soutien » à l’actuel secrétaire général, qui devrait rempiler sans grands problèmes. Ouzzine a déclaré en marge de la conférence de presse: «j’étais candidat, car «Si Mohand» ne voulait pas se présenter. Maintenant qu’il est candidat, tout a changé et je lui apporte mon soutien». Mohamed Moubdie devrait suivre le pas d’Ouzzine et laisser la voie libre à Laenser.
Laenser a expliqué que sa décision a été mûrement réfléchie et qu’elle émane des demandes répétitives des militants et des bases du parti. Il a aussi démenti plusieurs rumeurs et informations relayés par la presse et qui affirment que sa candidature est celle des «hautes autorités», assurant que c’est la délégation des élus et députés (dont Mohamed Moubdie) qui l’a visité qui l’a aidé à trancher sa décision.
Lire
aussi: Laenser prépare le chemin à Hassad pour lui succéder à la
présidence

L’actuel SG du parti avait proposé l’option Hassad en poussant le comité préparatoire du congrès à adopter une réforme du règlement intérieur, supprimant l’obligation de siéger au bureau politique comme condition nécessaire pour accéder à la présidence.