Vidéo. Mezouar: "Je quitterai le RNI si je suis élu à la tête de la CGEM"

608

La relation qu’il entretient avec le monde de l’entreprise, ses responsabilités au sein du RNI et les dessous de sa candidature… Salaheddine Mezouar se livre à H24info.
Avant d’occuper des fonctions politiques et publiques, Salaheddine Mezouar, candidat à la présidence de la CGEM, était un gestionnaire dans le monde de l’entreprise. Mais pour lui, son retour à l’action économique n’est pas un retour aux sources ou pour boucler une boucle, mais plutôt «une simple trajectoire de sa vie afin qu’elle ne soit pas monotone». Son premier but est «de rester dans l’action et dans le monde réel et relever les défis». Quant à son parti, Mezouar affirme qu’il quittera le RNI une fois élu à la tête de la CGEM car il pense que «la CGEM devrait garder une distance vis-à-vis de tous les acteurs politiques pour que son indépendance politique soit garantie».
Répondant aux critiques qui pensent que sa candidature est «parachutée», Mezouar accuse la facilité d’analyse de certains qui aboutit à des lectures courtes. «J’ai rejoint l’entreprise à la fin de mes missions politiques et à cette époque, je ne pensais pas briguer la présidence de la CGEM», réagit-il avant d’ajouter: «Je suis très sportif et j’ai l’esprit très ouvert en faisant la part des choses. Donc j’accepte toutes les critiques».