Vidéo. L’utilisation de la chloroquine a « donné de bons résultats », affirme Khalid Ait Taleb

Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb./DR

Lors de son passage sur la chaîne de télévision 2M, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb s’est (enfin) prononcé sur l’utilisation de la chloroquine dans le traitement de personnes infectées au Covid-19. Mais alors que de récentes études évoquent des effets secondaires «graves», le ministre affirme tout le contraire.

Face à Salah Edinne El Ghomari, le ministre de la santé a fait le bilan de ces dernières semaines, en revenant sur les mesures phares. L’un des protocoles salués par le ministre Khalid Ait Taleb est l’utilisation de la chloroquine qui «donne de bons résultats», selon ses dires. «Tout le monde le constate sur le terrain. Ce n’est pas seulement nous qui le disons, mais le même constat est fait à l’échelle internationale», a martelé le ministre.

Il est à noter que le Maroc a décidé d’adopter officiellement le protocole thérapeutique à base de chloroquine et d’azythromycine à un stade très précoce. Car, selon le ministre ce traitement peut réduire la charge virale «très rapidement». «Nous avons constaté dès l’adoption de ce traitement le 23 mars, que les patients guérissaient plus vite que ceux admis à l’hôpital avant eux». De plus, le ministre souligne que ce protocole peut réduire la charge virale en 6 ou 7 jours, en plus de permettre au patient de ne pas aller en soins intensifs».

 

Lire aussi: Coronavirus: la chloroquine «prescrite pour tous les malades» au Maroc

 

Quant aux effets secondaires, ils sont très «limités», selon Ait Taleb. Autre remède défendu par le ministre, le confinement, qui permet de réduire de 85% la propagation du virus, affirme-t-il.

Ceci en parallèle aux autres mesures appliquées par le pays, tels que la déclaration de l’Etat d’urgence et la fermeture des frontières, a permis au pays de minimiser les dégâts. «Les données dont nous disposons à ce stade nous laissent penser que l’épidémie est sous contrôle dans notre pays», a enchaîné Khalid Ait Taleb.

Néanmoins, rien n’est gagné face à ce virus qualifié de «capricieux» par le ministre. «Mettre fin aux dispositions de l’isolement sanitaire à un moment inopportun signifierait la multiplication des contaminations», a tempéré le ministre affirmant que le déconfinement dépendra de plusieurs paramètres.