Vidéo. Les ftours à la plage, cette tendance indémodable

à 10:15

Plusieurs Casablancais préfèrent aller à la plage pour prendre leur ftour et profiter ainsi de la douce brise d'été et d'une vue imprenable sur la mer. Reportage. 

Qui a dit que pour rompre le jeûne à l'extérieur, il fallait absolument déverser de grosses sommes d'argent? Au prix de 10/20 DH la table, ainsi que de 5 DH la chaise, plusieurs Casablancais s'offrent un ftour mémorable en face de la mer de Ain Diab. Ils viennent en famille, entre amis ou collègues de travail pour changer de routine et se déstresser.

 

Lire aussi: Vidéo. Un ftour sous la tente avec l'association Ndir Lkhir

 

A moins d'une heure avant le ftour, il est presque impossible de trouver une place où se garer près de la plage de Ain Diab. Et comment, des dizaines de Casablancais affluent à la plage pour prendre un ftour tout en profitant du coucher du soleil. Une tradition de lus en plus prisée surtout avec la chaleur de ce mois. En attendant de rompre le jeûne, tous les moyens sont bons pour patienter. Jouer aux cartes, au foot ou à la guitare, tout est admis et vécu dans la bonne humeur.

"Nous préférons de très loin les ftours à la plage à ceux dans des espaces fermés, où pour des prix exorbitants tu n'as tout de même pas le droit à une vue pareille", nous confie un père de famille interviewé.

"Je viens ici pour m'amuser avec les amis, jouer aux cartes ou à la guitare... L'avantage c'est que personne ne te dérange ici, tu peux faire ce que tu veux", témoigne un jeune homme.

Et si les ftours ne sont pas vendus sur place, les jeûneurs peuvent toutefois commander un bon thé à la menthe ou cuisiner sur place. Les vendeurs de thé confient qu'ils travaillent toujours de façon informelle, aux côtés des personnes qui louent les chaises et les tables.

"Notre situation devrait être régularisée à la fin de ce mois", explique l'un d'eux.

A la fin du ftour, la plupart des jeûneurs ont pris soin de ramasser les restes de leur nourriture. Une belle surprise surtout que l'année dernière plusieurs Casablancais se plaignaient de l'état de saleté des plages après les ftours.