Vidéo. Les « femmes-mulets » adressent un message au roi pour reprendre leur activité

3748
DR.

Un comité de «femmes-mulets», nom donné aux porteuses de marchandises depuis l’enclave de Sebta, adressent un message au roi Mohammed VI pour reprendre leur activité ou se voir offrir une alternative dans l’immédiat.

Dans ce qui semble être une réunion du syndicat représentant ces personnes et affilié à l’Union marocaine du travail (UMT), les femmes témoignent tour à tour face à la caméra.

«J’ai pensé plusieurs fois à me suicider ces dix derniers mois (…) que veulent-ils qu’on fasse ? Nous n’avons plus de travail», lamente la dame derrière laquelle se tiennent plusieurs autres femmes dont le travail était de faire entrer des marchandises au Maroc depuis l’enclave de Sebta.

«J’ai un contrat et mes papiers en règle depuis les années 1990 et là je me retrouve sans aucune autre alternative», témoigne-t-elle. «Nous allons mourir, nous voulons une solution d’urgence», poursuit une autre. «Covid ou pas Covid nous sortirons, nous sommes fatigués», affirme-t-elle.

 

Lire aussi: Au Maroc, les « femmes-mulets » désormais sans fardeau, mais sans avenir

 

Pour rappel, le passage frontalier de Sebta est fermé depuis le 9 octobre 2019, soit avant même la propagation du Covid-19. Le but était d’éradiquer le phénomène de la contrebande vivrière, en mettant en place des projets alternatifs dans les régions dépendantes de ce commerce.

L’un de ces projets est la construction de la zone franche de Fnideq dont les travaux ont débuté en juin 2020. Néanmoins, avec la propagation du coronavirus dans le pays, les travaux ont été retardés. Ce qui se reflétera sur la date d’ouverture effective prévue initialement pour le printemps-été 2021.